LA MASÍA, UNE ÉCOLE DE CHAMPIONS

La Masia de Can Planes, abrégée en La Masia, est utilisée pour décrire l’académie de la jeunesse du FC Barcelone, regroupant plus de 300 jeunes joueurs, elle est considérée comme la meilleure école au monde et constitue un facteur majeur du succès européen du club.

LA MASÍA, C’EST QUOI?

La Masia de Can Planes était une ancienne ferme catalane construite en 1702. En 1979, le club l’utilisa pour la première fois pour loger ses jeunes footballeurs originaires de l’extérieur de Barcelone. Johan Cruyff a proposé à Núñez de créer une école de la jeunesse et Oriol Tort a été nommé responsable de l’établissement.

En novembre 1979 Josep Mussons, fut nommé responsable de l’ensemble du domaine de La Masia. Il travailla jusqu’à la fin de son mandat en juin 2000. Dès le début, Mussons entourait de tuteurs chaque catégorie, deux pour chaque équipe. Mussons a défini un programme visant à faire en sorte que les garçons qui ont commencé leur carrière sportive ressentent l’engagement d’appartenir à un club comme le Barça, qui est resté au fil du temps l’esprit de La Masia.
Parmi les nouveautés apportées par Mussons, il y avait la formation intégrale des résidents, avec l’obligation d’aller à l’école, à l’académie, à l’institut ou à l’université dont le coût serait à la charge du club. Une décision critiquée au début par les autres institutions, mais que les autres imiteraient par la suite, faisant de la formation complète une norme éducative, ce qui est actuellement très courant. Pour maintenir le niveau d’éducation, La Masía a des professeurs, qui peuvent ainsi revoir les matières avec les pensionnaires pendant les heures libres.
De 1979 à 2009, environ 500 jeunes ont quitté leur famille pour rester à l’académie, on estime que la moitié d’entre eux étaient originaires de Barcelone même, le reste pouvait provenir de toute l’Espagne, une petite minorité venait de pays étranger comme l’Argentine, le Cameroun, le Brésil, le Sénégal. Pour faire un point statistique, seulement 40 de ces jeunes rejoindront l’équipe première du Barça. A l’époque, la Masia abritait 60 joueurs, 10 dans la ferme, le reste des jeunes joueurs était dans des salles adjacentes au Camp Nou, le reste des joueurs devaient prendre en charge leurs propres logement. Il y avait une cuisine, une salle à manger, une salle de loisirs et une bibliothèque, ainsi que des vestiaires, des salles de bains et des chambres, mais peu d’espace libre.

UNE INSTITUTION EN DÉVELOPPEMENT

La première promotion de La Masia a été formée par vingt stagiaires. Parmi eux, le défenseur Ángel Pedraza, le 16 septembre 1980, a été le premier à faire officiellement son entrée dans la première équipe lors d’un match de la Coupe UEFA contre Sliema Wanderers. Il remplaça Tente Sánchez à la 72e minute et à peine quatre minutes plus tard, son partenaire de promotion, Manolo Muñoz, fit également ses débuts. Outre Pedraza et Manolo, d’autres joueurs du premier groupe sont venus jouer dans la première équipe, comme Manuel Estobo Fradera, Guillermo Amor, Luis Torreblanca et Jordi Vinyals, bien que les deux derniers n’aient pas joué les matchs officiels. Amor a même joué 311 matchs en championnat avec le FC Barcelone. Au cours de ses 15 premières années d’activité, environ 200 enfants sont passés par la résidence de La Masía. Parmi eux, 60% étaient catalans et le reste provenait d’autres régions d’Espagne ou d’Andorre. La résidence n’a été internationalisée qu’à la fin des années 1990, elle a débuté en 1997 avec l’arrivée des Nigérians Samuel Okunowo et Haruna Babangida, les deux sont venus faire leurs débuts avec la première équipe.
En 1988, l’arrivée de Johan Cruyff sur le banc du FC Barcelone marqua un tournant dans le football de base du club. Le technicien a mis en place le même style de jeu de la première équipe dans toutes les catégories inférieures, ce qui a facilité l’accès des joueurs de la Masia à la première équipe. L’équipe joue sur la tiki-taka, la philosophie néerlandaise, qui a été attribuée au succès ultérieur de l’équipe. En 1992, elle a remporté la Ligue des champions à Wembley contre la Sampdoria, avec 2 jeunes joueurs: Ferrer et Guardiola, ce dernier, est devenu un milieu de terrain à part entière, devenant une source d’inspiration pour les futurs milieux de terrain de La Masia, tels que Andrés Iniesta, Cesc Fàbregas et Xavi Hernández.

Parmi toutes les grandes équipes qui ont ébloui au cours des dernières décennies, aucune ne l’a fait avec un style aussi révolutionnaire que le FC Barcelone. En effet, sous la direction de son entraîneur Josep ‘’Pep’’ Guardiola, le club catalan a accumulé 14 trophées nationaux et internationaux depuis 2008, dont trois titres de champion d’Espagne, deux titres en Ligue des champions, deux Supercoupes européennes et deux titres de Coupe du monde des clubs. Jamais une équipe n’a été aussi réputée être «la meilleure équipe de la planète ». En 2010, trois de ses stars – Lionel Messi, Andrés Iniesta et Xavi Hernández – ont occupé les trois premières places du vote du Ballon d’Or, le plus haute récompense individuelle dans le monde du football.

UNE GÉNÉRATION UNIQUE
Cependant, le succès du Barça n’est pas ce qui a attiré les amateurs de football du monde entier, pour cela, nous devons remercier la beauté esthétique de leur style. Les vidéos d’archives nous permettent encore de suivre le chemin hypnotique du ballon alors que les joueurs du Barca de l’époque restent encore aujourd’hui l’emblème du «tika-taka», des statistiques compilant un taux de réussite à peine crédible de plus de 600 passes par match. Il reste cependant quelque chose de magique à propos de la façon dont l’équipe catalane joue le jeu. C’est comme si la formule du Barça avait été conçue par des puristes du jeu.

Alors que les adversaires plaçaient une paire de poids lourds au milieu du terrain pour diviser les attaques adverses, Barcelone s’alignait avec une pléiade de poids plume spécialisés dans une compétence principale qui est de déplacer le ballon. Un centre de gravité basé sur la possession, c’est certainement ce qui caractérise au mieux ce jeu-là, et aucun de Xavi, Messi ou Iniesta ne dépasse 1,70 m. La présence de tels joueurs au sein d’une équipe confère au football un teint assez unique. L’équipe qui a le ballon contrôle le match, donc, si vous pouvez garder la possession du ballon et jouer le ballon avec efficacité et sens artistique, même un adversaire qui sur le papier est de niveau égal sera poussé à l’extrême. (Finale LDC vs Man U 2011 par exemple)

club a développé la philosophie d’un football d’attaque attractif que les supporters et la direction du club considèrent désormais comme un élément central de l’identité catalane, aujourd’hui beaucoup délaissée. Et ce n’est pas le seul aspect pour lequel le Barça, selon la devise officielle du club, est «més que un club» (plus qu’un club). En 2008, un élève de Cruyff a été nommé entraîneur : Pep Guardiola avait joué sous les Hollandais dans son enfance et avait adopté son système de défense de quatre défenseurs, trois joueurs de milieu de terrain et trois attaquants. Cependant, ce n’est pas la stature des joueurs ou leur alignement, mais la manière dont ils jouent le jeu qui en dit le plus sur le style du Barça.

UNE IDÉOLOGIE MISE DE CÔTÉ
Depuis quelques années, l’effectif de l’équipe A du Barca n’est plus réellement basé sur cette idée de promouvoir des joueurs sortant de la Masia, beaucoup n’ont pas le niveau, certains partent, mais il y a toujours des exceptions. C’est le cas de certains joueurs, sortant de la Masia, s’imposant en équipe B comme Riqui Puig, Carles Aleñá et d’autres encore. Ces gamins sont pétris de talent et expriment de la manière la plus probante l’idée du jeu « à la Masía », marque de fabrique du Barça. Une figure du club Xavi, si attaché à la préservation de ce fameux « ADN Barça », avait demandé la promotion de Puig en équipe première. « Il est très bon, il suffit de le voir jouer 20 minutes en Juvenil pour comprendre qu’il a le niveau. Il faut lui donner sa chance. »

Ces dernières années on pouvait toujours admirer l’intelligence et l’aisance de génies comme Xavi, Iniesta, Busquets ou Messi, et il faut bien se mettre à l’évidence que l’on ne reverra jamais une génération de joueurs aussi talentueuse. Cependant nous ne devons pas nous passer d’un tel atout, et il est primordial que la Masia redevienne l’outil principal du club, cette école nous garantit l’éclosion de pépite et les supporters attentent plus d’importance accordé à la Masia venant du board et du coach. Les années qui viennent marqueront un tournant pour le club: les élections du président en 2021 seront également importantes sur ce point.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok