La mission de l’ONU collabore aux recherches de l’avion porté disparu jeudi

Deux avions et un hélicoptère de la mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco) ont été mobilisés samedi pour localiser l’avion-cargo Antonov 72 porté disparu jeudi alors qu’il assurait l’appui logistique d’un déplacement du président Félix Tshisekedi.

« Nous apportons notre soutien aux autorités en fonction de l’évolution sur le terrain pour retrouver l’avion porté disparu jeudi. Depuis ce matin (samedi), un de nos avions survole la zone », a déclaré à l’AFP Florence Marshal, porte-parole de la Monusco. « Nous avions envoyé un deuxième avion qui a survolé la zone, mais il n’a pas pu localiser l’aéronef », a-t-elle indiqué en début de soirée.

« Lorsque l’aéronef sera retrouvé, d’autres moyens adaptés, notamment un hélicoptère, seront déployés pour transporter les secours et les déposer à l’endroit où l’accident s’est produit. Mais, la météo ne nous facilite pas la tâche », a ajouté Mme Marshal.

Les recherches engagées samedi se font « avec l’accord de la Monusco » qui appuie l’armée de l’air congolaise « avec le déploiement des équipements de télédétection qui permettront de balayer toute la zone où le signal de l’avion a été perdu », a-t-on appris auprès de la cellule de crise mise en place par la présidence congolaise.

La zone concernée se situe « à plus ou moins 80 km du village de Pene Djoka, sur la montagne de Katumwe vers Kasese, dans la province du Maniema (est), a indiqué la cellule de crise. L’Antonov avait quitté Beni (est) pour Kinshasa et avait perdu tout contact avec les autorités aériennes 59 minutes après son décollage.

Parmi les huit personnes qui avaient pris place à bord de cet avion, il y avait deux citoyens russes, a indiqué une source de l’ambassade de Russie en RDC.

Un responsable de la logistique à la présidence de la République, le principal chauffeur du chef de l’État ainsi que des gardes du corps avaient aussi embarqué dans l’avion, selon plusieurs témoins interrogés par l’AFP.

Vendredi soir, la cellule de crise a estimé que « les mauvaises conditions météorologiques seraient à l’origine de cet incident dramatique ». « Les enquêtes en cours seront en mesure de déterminer les causes réelles de l’accident et de dégager les responsabilités ».

Les partisans du président Tshisekedi ont pointé d’un doigt accusateur le camp de l’ex-président Joseph Kabila d’être derrière la disparition de cet avion, allant jusqu’à suggérer qu’il s’était agi d' »un coup d’État manqué ».

Des accidents d’avion impliquant des avions Antonov sont régulièrement enregistrés en République démocratique du Congo avec parfois de lourds bilans humains.

Investi en janvier, le président Tshisekedi est allié avec son prédécesseur, Joseph Kabila, dont le Front commun pour le Congo (FCC) détient la majorité au parlement et dans les assemblées provinciales.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.