La revue de presse écrit du 27 février

Les quotidiens dakarois continuent d’épiloguer sur le scrutin de la présidentielle du dimanche 24 février dernier, dont les résultats devraient être publiés par la commission nationale de recensement des votes d’ici à vendredi.

« L’UE (Union européenne] évalue positivement l’élection présidentielle », souligne Le Soleil en manchette. Le journal explique que la mission d’observation de l’UE (MOE-UE) estime que la présidentielle du 24 février a « été calme et transparente+ ».

« Un scrutin transparent et libre », relève de son côté Libération. Le journal souligne qu’à l’instar de l’UE, l’Union africaine, la CEDEAO et les Etats-Unis ont tous salué le bon déroulement de la présidentielle sénégalaise.

Vox Populi s’intéresse lui à la compilation des résultats provisoires par la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) et la coalition Idy 2019. Le journal relève la différence entre les chiffres du camp du président sortant, Macky Sall, et ceux brandis par celui de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck.

A propos de cette guerre des chiffres, le quotidien Source A livre « les mille et une bizarreries » des documents circulant sur Internet et dans les rédactions et portant sur les compilations des résultats du scrutin.

Au sujet de la proclamation des résultats de la présidentielle, le quotidien Kritik indique que c’est « le calme avant la tempête ». Malgré « un calme relatif », « la tension est palpable », observe le journal.

L’Observateur tente d’expliquer les raisons des défaites successives du président sortant Macky Sall à Touba, où sa coalition a perdu le scrutin de la présidentielle du 24 février dernier.

« Touba et Macky, l’histoire d’un désamour », titre le journal, qui évoque « les choix du Président, la guerre fratricide, l’absence d’animation de son parti, la campagne de diabolisation… ».

WalfQuotidien évoque pour sa part les raisons de la défaite du candidat Macky Sall à Ziguinchor, conséquence selon lui d’ »un certain nombre de facteurs endogènes et exogènes ».

Tirant les enseignements de cette présidentielle, le quotidien Enquête écrit qu’ »au vu des résultats, Abdoulaye Baldé (Ziguinchor), Mamadou Lamine Keita (Bignona), Abdou Mbacké Ndao (Mbacké) et Petit Guèye (Sokone) n’ont pas su convaincre leurs bases » après leur transhumance.

Le Quotidien fait un focus sur le candidat de la coalition « Sonko-Président », Ousmane Sonko. « Sonko crève l’écran », titre le journal selon lequel l’ancien inspecteur des Impôts était pourtant « considéré comme le candidat des réseaux sociaux ».

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok