La revue de presse écrite du 30 avril

Le réquisitoire du procureur dans le procès de Cheikh Béthio Thioune et Cie pour le double meurtre de Médinatoul Salam est un des sujets en exergue dans les quotidiens reçus mardi.
Le procureur de la République près du Tribunal de grande instance de Mbour, Youssou Diallo, a requis lundi une peine de travaux forcés à perpétuité à l’encontre du guide des Thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune et de quinze de ses disciples dans le procès pour meurtre de deux de leurs disciples en 2012.
Le ministère public a également demandé au juge de la Chambre criminelle de décerner un mandat d’arrêt contre le guide des Thiantacounes jugé par contumace dans cette affaire. M. Thioune séjourne à Bordeaux pour raisons médicales, selon ses avocats.
Le procureur a également réclamé une peine de 10 ans de travaux forcés contre Samba Ngom, Aziz Mbacké Ndour, Mamadou Hanne dit Pape et à Serigne Saliou Barro.
Auparavant, les avocats des parties civiles avaient réclamé 3 milliards de francs CFA de dommages et intérêts.
Bara Sow et Ababacar Diagne, deux membres de cette association religieuse avaient été torturés à mort et enterrés en 2012 à Médinatou Salam, une localité de la commune de Mbour, dans la région de Thiès.
Selon L’As, « le procureur requiert la perpétuité contre Cheikh Béthio Thioune ».
« Béthio et Cie risquent la prison à vie », souligne à sa Une le quotidien Enquête.
« A la suite des plaidoiries, au tribunal de grande instance de Mbour où se déroule depuis mardi dernier le procès des Thiantacounes, le procureur Youssoupha Diallo a prononcé un réquisitoire sans appel pour tous les accusés. Il demande la prison à vie et requiert un mandat d’arrêt contre le guide des Thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune. A qui il conseille de se constituer prisonnier parce qu’il ne pourra pas faire appel s’il est condamné par contumace », écrit le journal.
Parlant de ce réquisitoire, le quotidien Kritik affiche à sa Une : « Médinatoul Salam s’effondre sur Béthio ». « Médinatoul Salam, c’était de la pure barbarie humaine. Pour obéir au ndiguel, le commando des Thianta a été sans pitié. Le procès qui tient en haleine le pays sent vraiment mauvais pour Béthio (…). Si le juge suit la logique du Procureur, partant pour un mandat d’arrêt et une peine à perpétuité aux travaux forcés, la messe est dite pour le guide des Thiantacounes (….) ».
Sud Quotidien se fait également écho du réquisitoire du représentant du ministère public : « Mandat d’arrêt du procureur contre Béthio ». « Si le juge suit le procureur, ce sera la fin des thiant », selon Source A. C’est « la totale pour Béthio », souligne de son côté Libération.
D’autres quotidiens parlent également de ce réquisitoire. « Perpète et arrestation requises contre Béhio » (Le Soleil), « Perpétuité, confiscation de ses biens et mandat d’arrêt international, Béthio exposé » (Le Quotidien) ; « Terrible ! », s’exclame L’Observateur ; « Cheikh Béthio mis à nu » (Walfadjri).
En politique, Source A rapporte une réunion des députés de Benno Bokk Yaakaar (BBY) en direction du 4 mai pour la suppression du poste de Premier ministre. « Que ce fut sulfureux ! », s’exclame la publication.
Vox Populi ouvre ses colonnes à Alioune Tine, grande figure de la société civile sénégalaise, fondateur d’Afrika Jom, ancien directeur d’Amnesty international.
« Dans cet entretien, explique le journal, M. Tine assène ses vérités sur les réformes annoncées par le chef de l’Etat. Il dénonce +la manière brutale, cavalière et peu concertée avec laquelle l’annonce de la suppression du poste de Premier ministre a été faite aux Sénégalais+ ».
commentaires
Loading...