La revue de presse écrite du 30 janvier

Les quotidiens parvenus mercredi reflètent le ton et la dynamique d’une campagne présidentielle de plus en plus emballée à mesure que l’on s’approche de son lancement officiel, prévu samedi à minuit.

Plusieurs quotidiens reviennent par exemple sur l’installation, la veille, du directoire de campagne du président sortant, une occasion pour Macky Sall d’asséner ses vérités sur beaucoup de sujets.

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a été ainsi choisi pour coordonner ’’le pôle programme’’ du président sortant, candidat de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) regroupant les partis de la majorité présidentielle, rapporte Le Soleil.

’’L’homme tient à sa réélection comme à la prunelle de ses yeux. Déterminé’’ à obtenir « à tout prix un second mandat, le président Macky Sall ne veut pas que les égos de ses camarades, qui minent déjà l’installation des comités électoraux, entachent sa réélection au soir du 24 février prochain’’, écrit L’Observateur.

Aussi a-t-il « voulu être clair avec ses partisans’’, lors de l’installation du directoire de campagne de BBY dans les locaux du nouveau siège de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel.

’’En présence de tous les ténors de la mouvance présidentielle, rapporte L’Observateur, il a mis en garde tous les responsables, précisant qu’il ne tolèrera ni acte d’indiscipline ni actions fractionnistes’’, non sans appeler ses alliés « à prôner la paix et à travailler pour la consolider’’.

De même a-t-il menacé ses détracteurs, ’’promettant à ceux qui ont choisi la voie de la violence la conséquence de leurs actes’’, selon le même journal. ’’Macky arme ses troupes et menace’’, résume à ce sujet Walfquotidien.

’’Pour mettre à l’aise ses transhumants malmenés ces jours-ci dans les réseaux sociaux, Macky Sall a cru nécessaire de voler à leur secours en demandant à tous de flétrir le mot transhumant. Selon lui, il n’y a pas de transhumance qui tienne, il s’agit de travailler pour le Sénégal’’, écrit Walfquotidien.

Il ajoute que le président-candidat a ainsi demandé « à ses jeunes d’investir en masse les réseaux sociaux pour propager son discours et combattre les fake news’’, avant de ’’mettre encore une fois en garde » l’opposition ’’contre toute tentative de déstabilisation’’.

’’Sall directoire’’, affiche le journal Le Quotidien dont la manchette semble porter sur la question de la transhumance en débat depuis le ralliement de l’avocate Aïssata Tall Sall à la candidature du président sortant, d’où les propos de ce dernier aux transhumants, repris par le journal à sa Une : ’’N’écoutez pas les insultes qui ne manqueront pas’’.

’’Le candidat sortant n’a pas fini son opération de débauchage’’, relève le journal selon lequel le président Sall a soutenu que « des tractations sont en cours avec d’autres’’ responsables ciblés pour rallier sa candidature.

’’D’autres vont suivre’’, candidats recalés venant d’une ’’opposition républicaine, responsable, patriote pour renforcer le camp majoritaire’’, renchérit le quotidien Enquête, en citant le président de la République s’adressant aux nouveaux venus, leur demandant ’’ de ne pas écouter les insultes qui ne manqueront pas’’.

’’Je n’insulte jamais et ce n’est pas dans cette campagne que je vais commencer’’ à le faire, indique Macky Sall dans d’autres propos rapportés par Vox Populi à sa Une.

Le président sortant, visiblement confiant, laisse entendre dans les régions de l’intérieur du Sénégal, il n’y aura pas photo entre lui et ses challengers. ’’Le problème, c’est Dakar, Pikine et Thiès. Même à Touba c’est presque acquis’’, dit-il dans des propos relayés par Vox Populi.

La confiance manifestée par le candidat sortant n’empêche pas le jeu des alliances de jouer à fond, comme souligné par Sud Quotidien qui parle à propos de ’’grande offensive’’. ’’Aucun candidat à la magistrature suprême ne dort sur ses lauriers, en cette veille de présidentielle’’, fait observer le journal.

’’Que ce soit le président sortant, candidat à sa propre réélection, Macky Sall, ou ses 4 adversaires politiques, en l’occurrence Idrissa Seck, Ousmane Sonko ou encore Issa Sall, tous se démènent comme de +beaux diables+ pour décrocher des alliances à même de faire pencher la balance en leur faveur au soir du 24 février. L’équation Me Wade reste la plus inconnue dans ce jeu d’alliances’’, souligne Sud Quotidien.

Le Témoin Quotidien signale à propos que l’ancien président est ’’à la manœuvre’’, depuis Versailles (Paris) où il réside. Le journal se fait notamment l’écho de ’’tractations autour d’un dîner’’, avant d’ajouter : ’’Une alliance Pape Diop, Hadjibou, Gackou, Karim, Thierno Alassane et Khalifa se dessine pour soutenir la coalition +Idy2019+’’.

Il y a aussi qu’une responsable comme l’ancienne ministre et ex-maire de Bambey Aïda Mbodj est ’’vivement convoitée’’, selon le quotidien L’As, qui évoque ’’une ruée des candidats’’ au domicile de cette dernière depuis quelques jours, en vue d’obtenir son ralliement.a

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok