La très sale semaine de la VAR en Europe

En France et en Italie, tout le monde se déchaîne contre la VAR depuis une semaine. Et ce n’est pas beau à voir.
La VAR va bientôt achever sa première année en France et en Espagne alors que cela va faire deux années maintenant qu’elle est utilisée en Italie et en Allemagne. L’Angleterre, qui va s’y mettre dès la saison prochaine, peut déjà voir qu’elle suscite autant de polémiques que quand l’arbitre était seul juge des actions qui se déroulaient sur le terrain sans assistance vidéo. Mais cette semaine, il semble quand même qu’elle est critiquée un peu partout en Europe.

Alors, pourquoi maintenant ? La question se pose. Est-ce parce que les ligues européennes touchent à leur fin respective et que les points valent de plus en plus cher ? Il y a forcément de cela. Ce vendredi en Ligue 1, l’OM aurait pu obtenir un penalty pour une faute de main de Pablo à la dixième minute. Il n’en fut rien et les Phocéens se sont (comme d’habitude) inclinés à Bordeaux. Rudi Garcia était loin d’être content.

« On nous a dit que pour la saison prochaine, il y aurait quelque chose de décidé pour les mains. Il serait temps que ça arrive. L’arbitre central doit aller voir la main de Pablo sur le tir de Strootman », analysait froidement Rudi Garcia devant les médias. Mais outre une non-uniformité des décisions des arbitres, ce qui semble contrarier certains clubs, c’est le fait que la VAR ne soit utilisée que pour des équipes de calibre plus gros que les leurs.

« Les petits clubs comme nous n’ont rien à faire dans le football »
« Il y a deux sortes d’arbitrage en France. C’est inadmissible qu’il n’y ait pas un penalty sifflé là-dessus. C’est frustrant, surtout que c’est rarement en notre faveur. Au match aller, toute la France a vu qu’il n’y avait pas penalty et Lille a égalisé à la 95e minute sur un penalty imaginaire. Et là… Tout doucement, on vient de perdre quatre points contre Lille. Le Stade de Reims dérange à la place où il est. Laissons les nantis, les gros, et puis les petits clubs comme nous n’ont rien à faire dans le football, ça doit être à cause de ça », fulminait Jean-Pierre Caillot, le président de Reims après la rencontre face à Lille où une main dans la surface aurait pu (dû ?) être sifflée.

Mais il n’y a pas qu’en France, cette semaine, que la VAR commence sérieusement à insupporter. En Italie, le Corriere dello Sport et la Gazzetta dello Sport en parlent ce lundi matin. « Du penalty refusé à Milan à celui accordé à la Lazio : chaos sur les fautes, manque d’uniformité. Fabbri s’est rendu aujourd’hui au sommet de la ligue avec les clubs », tonne la Gazzetta qui rajoute : « la saison noire de nos arbitres ». Le Corriere va plus loin et fait même sa une dessus.

« Sombre VAR », « de Turin à Rome règne la confusion », « différentes interprétations : la vidéo continue de nourrir la controverse. Rizzoli ira-t-il au sommet pour présenter ses excuses à l’AC Milan ? », sont les mots du CdS. Après les critiques à peine voilées en Allemagne et en Espagne, notamment au sujet du Real Madrid et du FC Barcelone, la VAR commence à agacer plus de gens qu’elle en contente et le vrai souci est là. La vidéo est loin d’avoir arrangé tous les problèmes…

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok