L’ambassadeur du Mali s’en prend à la Légion étrangère de l’armée française lors de l’audition au Sénat Français


Ce mercredi 26 février, les ambassadeurs des pays du G5 Sahel ont défilé devant la commission Défense du sénat français dans le cadre du suivi des conclusions du sommet de Pau qui s’est tenu dans le sud de la France.

À cette occasion, l’ambassadeur du Mali a tenu à remettre les choses à l’endroit à propos du sentiment anti-français qui a failli parasiter les relations entre les pays du Sahel et l’Hexagone au point de provoquer la colère du président Emmanuel Macron.

Selon Toumani Djimé Diallo, « il n’y a pas de sentiment anti-français au Mali. » Le diplomate malien est plutôt d’avis que c’est un ressenti au sein de la population contre la présence militaire français.

Il l’explique par le comportement de membres de la Légion étrangère qui laisserait à désirer. « D’abord, avec tant d’hommes et de moyens déployés, on s’attendait à plus de résultats, moins coûteux en vies humaines. D’autre part, je vais vous parler franchement, dans ces forces, il y a des officiers, l’armée normale mais aussi la Légion étrangère. C’est là le problème  »  , a laissé entendre l’ambassadeur du Mali.

Il renchérit : « Par moments, dans les Pigalle de Bamako, vous les retrouvez, tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée (française). Ça fait peur, ça intrigue ».

Cependant, le diplomate a réitéré la position de son pays sur les théoriciens du départ des troupes étrangères du Sahel. Selon lui, ce sont des complices des jihadistes.

Visiblement surpris par les propos de l’un de ses hôtes du jour, le président de la Commission Défense du Sénat a tenu à réaffirmer sa solidarité aux soldats français en mission au Mali. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.