l’amorce de dialogue algéro-marocain sur le Sahara occidental

Le Maroc et le Front Polisario ont discuté à Genève du Sahara occidental, en présence de l’Algérie et de la Mauritanie. Et à lire la presse africaine, le simple fait que cette réunion ait pu se tenir est déjà à saluer, même s’il n’en est, pour l’heure, rien sorti de vraiment décisif.

Témoin le journal burkinabè Le Pays, qui le remarque : « ce n’est pas en deux jours, encore moins  en une seule réunion, que l’on pourrait trouver la solution à un problème vieux de quatre décennies. D’autant que sur la question, au-delà des enjeux politiques, économiques, géographiques et diplomatiques, il se joue, en toile de fond, comme  une sorte de rivalité hégémonique entre ces deux grands nord-africains. Et si toute éventuelle concession devait être vécue par l’une ou l’autre des deux parties comme une capitulation, il serait étonnant que ces pourparlers puissent connaître une avancée significative pour aboutir aux résultats escomptés », estime ce quotidien ougalais. Quoi qu’il en soit, Le Pays tient tout particulièrement à pointer la continuité de la diplomatie des rois Hassan II et de son fils Mohamed VI, en estimant que « si le dossier en est toujours là aujourd’hui, cela est dû à la force de la diplomatie marocaine. Assurément, l’héritage de la lutte pour le prestige du Royaume a visiblement été bien transmis dans la famille royale où le fils se montre pratiquement à la hauteur de son père dans la défense de ce dossier », énonce Le Pays.

Victoire pour l’opposante rwandaise

Au Rwanda, l’opposante Diane Rwigara, qui était jugée pour « incitation à l’insurrection et falsification de documents », a donc été acquittée par un tribunal de Kigali, ainsi que sa mère et ses autres co-accusés. Faisant son droit à la liberté d’expression de cette militante, critique du président Paul Kagamé, le tribunal de Kigali a jugé que les critiques de Diane Rwigara contre le gouvernement, notamment lors de conférences de presse, ne constituaient pas une « incitation à l’insurrection ». Pour Wakat Sera, « l’acquittement de Diane Rwigara et de sa mère, s’il est à saluer est loin d’être mécanique ». Ce journal ouagalais l’explique par « l’intérêt » de Paul Kagamé, le « jekill and hyde », qui, pour améliorer son image aux yeux du monde, entend se montrer « plus ange et moins démon ».

Vodka pour Miss Centrafrique

C’est un concours de beauté qui doit se tenir là-où on ne l’attendait probablement pas : le concours de Miss Centrafrique ! Avec le soutien des Russes. C’est en effet « grâce » au soutien de la Russie que la République centrafricaine va pouvoir désigner sa reine de beauté 2018, remarque le journal français Libération. Ce quotidien remarque que les Russes étaient déjà « sponsors d’une nouvelle radio, Lengo Sengö, dont les affiches ont récemment envahi les rues de Bangui », et qu’ils ont également « multiplié les dons de… trampolines. Et peu importe si les écoles qui les reçoivent sont privées de tout, n’ont souvent ni eau courante ni électricité : tout le monde peut admirer le nouveau jeu offert aux enfants, qui s’orne toujours d’une gigantesque banderole vantant l’amitié entre la Centrafrique et la Russie ». Les voilà donc sponsors du concours Miss Centrafrique cette fin de semaine à Bangui, « avec peut-être une surprise de taille : la venue annoncée à Bangui de Miss Russie ». C’est ainsi que Moscou exerce son « soft power » en République centrafricaine, remarque Libé.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok