Le député seydina fall dit bougazelli face aux enquêteurs : les morceaux choisis de l’entretien

Le député Seydina Fall dit Bougazelli est revenu sur les péripéties de son arrestation. Le responsable politique de l’Apr nie les faits qui sont reprochés et parle de complot contre sa personne. Dans un entretien accordé à l’Observateur, il cite un certain « Kals » sans plus de détail sur son identité.

Morceaux choix de l’entretien

« Je persiste et je signe : ce qui a été dit sur moi à propos de cette affaire de faux billets de banque est une pure machination. Je ne suis mêlé ni de près ni de loin à cette affaire de trafic »

« Je vais vous raconter ce qui s’est réellement passé. Il y a un monsieur qui se nomme Kals. Il est spécialiste dans la vente de tissus de marque comme le Bazin et autres qu’il achète au Mali ou en Gambie. Un jour, il m’a confié qu’il voulait acheté un terrain. Je lui ai alors proposé le mien qui se trouve au Lac Rose d’une superficie de 400m2. Ce terrain m’avait été offert. Je le lui ai donc vendu. Seulement, il a tardé à me payer. Malgré mes multiples sommations, il continuait à ne jamais tenir ses promesses.

Lundi dernier 11 novembre 2019, je l’ai croisé par hasard en plein rue. Là, je l’ai sommé de remettre mon argent, car quelques jours auparavant quelqu’un m’avait soufflé que Kals venait d’effectuer une importante rentrée d’argent. Effectivement, quand je l’ai croisé ce jour-là, j’ai remarqué qu’il s’était offert une nouvelle voiture. Il m’a répondu qu’il revenait de voyage et nous avons eu des échanges houleux. Dans la foulée, j’ai remarqué qu’il a posé à côté de lui un sac que j’ai confisqué. J’ai rangé le sac en question dans mon véhicule. Une fois parti à bord de mon véhicule, j’ai remarqué que Kals avait fermée le sac avec un cadenas et qu’il avait les clés par devers lui.

Aujourd’hui, (hier jeudi) en fin de journée, un de ses amis du nom de Samb m’a joint au téléphone pour me dire qu’il souhaitait me rencontrer. Je l’ai donc retrouvé à Yoff. Là, Samb m’a confié qu’il voulait récupérer ledit sac, parce qu’il voulait le revendre à Kals. Cependant que nous discutions que des éléments de la gendarmerie nous ont rejoints. C’est aux environs de 15h 30mn. Aussitôt, j’ai compris qu’il s’agissait d’un complot contre ma personne. L’un des gendarmes m’a demandé de les suivre à la Section de recherches de Colobane. Ce que j’ai accepté ».

Quid de Kals ? Le député de renseigner : « Quand je l’ai appelé au téléphone, il m’a dit qu’il était en route pour se rendre en Gambie. Les autres personnes citées dans l’affaire l’ont été pour des raisons que j’ignore jusqu’au moment où je vous parle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.