Le ministre du travail relève le dynamisme des entreprises

Les signatures de contrats connaissent une « gradation positive », selon le ministre du Travail, faisant état d’une « dynamique avérée » des entreprises.

« Actuellement, nous pouvons remarquer une dynamique avérée de nos entreprises et qu’il y a des performances qui méritent d’être encouragées et renforcées », a-t-il indiqué lors d’un atelier de partage du rapport annuel 2018 sur les statistiques du marché du travail

« Quand nous parlons des contrats qui ont été visés par les Inspections du travail, il faudrait savoir que nous en sommes au secteur que l’on peut qualifier de formel », a-t-il précisé.

Or, a-t-il relevé, « dans notre pays, beaucoup d’autres emplois existent et sont créés alors qu’ils ne passent pas par les Inspections du travail ».

« Ce qui atteste, selon lui, qu’il y a une ligne de force qu’il faudrait essayer d’investir pour avancer en direction de la formalisation de ce secteur qu’on qualifie d’informel. »

Le rapport 2018 « nous incite à faire un effort de déconcentration et que nous allions en direction de création des emplois au niveau de nos régions », a dit Samba Sy.

Selon lui, « le président Macky Sall travaille à restaurer l’équité territoriale, c’est-à-dire faire de sorte que nous ayons en tant que Sénégalais les mêmes chances quel que soit notre positionnement au niveau de notre territoire national ».

Il a souligné que le partage du rapport annuel des statistiques du travail, « bien plus qu’une mission de la Direction des Statistiques du Travail et des Etudes, est devenu un événement phare dans l’agenda du gouvernement ».

« Ce qui explique non seulement par sa vocation qui consiste à retracer la dynamique du marché du travail mais aussi par sa finalité à savoir être un levier indispensable pour orienter la gouvernance du marché du travail », a dit le ministre.

Concernant l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, « le décret n°2019-103 du 16 janvier 2019, confirmant un accord des partenaires sociaux, a procédé à la revalorisation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du salaire minimum interprofessionnel agricole garanti (SMAG) », a-t-il fait remarquer.

« Au registre de la revalorisation des salaires dans le secteur privé, la commission mixte paritaire instituée se rapproche de plus en plus d’un accord entre patronat et travailleurs », a-t-il relevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.