Le nouveau Directeur général de la Sonatel reconnaît des difficultés dans la couverture du réseau

Le nouveau Directeur général de Sonatel reconnaît des difficultés dans la couverture du réseau. Lors d’un ndogou avec la presse hier à Dakar, Sékou Dramé, en fonction depuis le 30 avril, annonce «d’importants investissements déjà disponibles» pour améliorer la qualité du réseau téléphonique et Internet, objet depuis quelque temps de nombreuses plaintes et de complaintes des usagers. Il ne reste plus que les autorisations, assure le successeur d’Alioune Ndiaye. Pour autant l’opérateur historique n’a pas peur de la concurrence, notamment avec l’arrivée de Tigo dans les atours du «Beaujolais nouveau». Le deuxième opérateur a la réputation de «champion des bas prix». La société reprise par le Sénégalais Yerim Sow et le Français Xavier Niel inspire «respect» au nouveau boss de Sonatel qui avait à ses côtés son Dga, le Français Fabrice André. Il y a de la place pour tout le monde, semble dire M. Dramé. Toutefois, la Sonatel sera attentive à tout risque éventuel de «baisse du marché» ou de «spirale négative» pour l’écosystème, comme ce qui vient de se passer en France. Sékou Dramé a affiché la bonne santé financière de son entreprise qui occupe la place de leader dans les 5 pays de présence, Sénégal, Mali, Guinée (Conaky), Guinée-Bissau et Sierra-Leone.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes en matière de contribution au développement économiques desdits pays en 2017 : plus de 502 milliards aux recettes des États, plus de 247 milliards au chiffre d’affaires des entreprises, 3 000 emplois directs et 108 000 emplois indirects, 334 milliards d’investissements, 700 millions au titre de la Rse. A l’endroit de la presse, la Sonatel est disposée à échanger avec les acteurs par rapport au budget consacré à la publicité et à examiner la possibilité d’une «offre préférentielle» sans oublier les opportunités offertes par le digital. Y a-t-il des écoutes téléphoniques au Sénégal ? Le Dg de Sonatel donne… son oreille au chat pour ne pas dire à l’Etat auquel il reconnait un certain «droit» sans toutefois, ni confirmer ni infirmer la pratique des écoutes. «Longues oreilles» : réalité ou paranoïa au Sénégal ? La question reste entière. L’ancien directeur des Entreprises et de Orange Sierra-Leone est déjà à l’aise dans son boubou de Dg de Sonatel. Son challenge, faire aussi bien sinon mieux que ses illustres prédécesseurs, Alioune Ndiaye et Cheikh Tidiane Mbaye.

commentaires
Loading...