Le plan fou de Pascal Olmeta pour relancer l’OM

L’OM vit des heures agitées. Depuis une petite semaine, le bateau tangue dans la tempête. Le départ d’Andoni Zubizarreta ne plaît pas à tout le monde et surtout pas à André Villas-Boas, qui a lié son avenir à celui du futur ex-directeur sportif du club. Les joueurs se rangent également du côté du Portugais, dont le futur est plus que jamais incertain sur la Canebière. La direction souhaite néanmoins le conserver. Frank McCourt a même appelé directement l’entraîneur lusitanien pour le convaincre du bien-fondé du projet marseillais. En attendant de connaître la décision d’AVB, un personnage bien connu à Marseille a déjà posé sa candidature pour intégrer le club. Jamais avare de bons mots, Pascal Olmeta se désole de voir l’un de ses clubs de cœur être géré de cette manière. Dans un entretien à La Provence, il détaille même son projet d’intégrer l’organigramme de l’OM, ajoutant que son réseau devrait faire le reste.

La suite après cette publicité

«J’ai envie de m’impliquer à l’OM, d’être le mec qui fait sourire les joueurs dans le vestiaire. Basile (Boli, ambassadeur du club), il est respecté parce que c’est Basile. Mais il n’est pas craint ! Il faut trois ou quatre mecs qui soient là pour le respect de ce club au quotidien. Tu prends un Amoros et un Mozer pour la partie défensive, Papin pour le secteur offensif. C’est un peu le modèle de Francescoli à River Plate. Cela veut dire être présent de temps en temps à La Commanderie. On va aller chercher dans nos carnets d’adresses. On n’est pas des agents mais des amis de Zidane, de Ferguson, de Francescoli. On les connaît tous ! Enzo (Francescoli) a tout compris. C’est l’amour de son club qui compte. Les premières années, il n’était pas payé à River Plate. Si je viens, je ne parlerai pas d’argent au début. Et si le club gagne, ensuite, tu discutes…», envoie l’ancien gardien de but, qui désire donc s’inspirer du projet monté par son ancien coéquipier à Marseille, Enzo Francescoli.

Olmeta veut offrir son réseau à l’OM

L’ex-milieu offensif uruguayen est aujourd’hui secrétaire technique de River Plate. Le projet d’Olmeta est de faire jouer son réseau pour attirer du monde à l’OM, à commencer par des joueurs. Car si le club n’a pas d’argent, comme c’est le cas à l’heure actuelle malgré une qualification en Ligue des Champions, il faut alors des idées. D’après lui, c’est ce qui manque en ce moment chez les Phocéens et ce qu’il critique. Novices en matière de football à leur arrivée, Jacques-Henri Eyraud et Frank McCourt donnent l’impression de toujours souffrir de cette inexpérience. Olmeta, qui a porté les couleurs ciel et blanche de 1990 à 1993, remportant au passage la Ligue des Champions (en 1993), conçoit qu’il faut des investisseurs mais aussi des gens qui connaissent le milieu et le club, afin d’orienter un projet dans la bonne direction.

«McCourt ne sait même pas qui on est (les anciennes légendes du club). À l’OM, si tu n’as pas cette puissance, si tu n’es pas un ancien, tu ne peux pas ressentir ce qu’on a ressenti, nous. (…) Moi demain, tu me dis : ‘tu deviens directeur sportif à l’OM’, je vais dire, je veux ça, ça et ça. Je vais chercher des joueurs chez Francescoli, chez Zidane. Il n’y a pas que le pognon qui compte.» Voilà que Pascal Olmeta se prend à rêver d’enfiler le costume que portait Andoni Zubizarreta il y a encore quelques jours. L’ancien directeur sportif du Barça ne laissera pas une trace indélébile dans l’histoire de l’OM. Il était censé apporter un important carnet d’adresses, notamment espagnol, mais force est de constater qu’il a globalement échoué dans cette mission, handicapé également par le manque de moyens. L’ancien portier de Bastia ou de l’OL également assure qu’avec lui, la donne ne sera pas la même. A bon entendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.