LE PROCÈS DES FAUX MÉDICAMENTS ENCORE RENVOYÉ, MAMADOU WOURY DIALLO CITÉ À COMPARAITRE

Enième renvoi du procès en appel du dossier des faux médicaments saisis à Touba Belel. L’audience prévue ce lundi, 27 mai, ne s’est pas finalement tenue à la Cour d’Appel de Thiès. L’affaire est renvoyée au 24 juin prochain. L’absence de Mamadou Woury Diallo, un des prévenus, pose toujours problème. Ce dernier a bénéficié d’une grâce présidentielle avant la fin de la procédure.

Lors de l’audience, une partie des avocats a demandé le renvoi, et le Procureur, de son côté aussi, a souhaité que Mamadou Woury Diallo comparaisse. Une citation à comparaître a été donc envoyée à Amadou Woury Diallo.

Pour rappel, à l’ouverture du dossier en appel, le juge avait demandé qu’on lui fasse la situation carcérale du prévenu en question. C’est la raison pour laquelle l’affaire a été renvoyée à ce jour.

« Aujourd’hui, précise Me Abdoulaye Babou, avocat de l’Ordre des pharmaciens, le juge a ouvert le dossier et a vu qu’un décret de grâce signé à la veille de la fête de l’Indépendance, a été pris en faveur de Mamadou Woury Diallo. Devant cette situation, le juge a bien voulu nous donner la parole. Nous avons expliqué en deux (2) mots que Mamadou Woury Diallo n’était même pas éligible à la grâce. Je prends souvent l’exemple d’un candidat qui doit se présenter à un concours, on lui demande des pièces d’état-civil pour se présenter et ce candidat n’a même les pièces et on le déclare admis. Là, c’est quelque chose d’ubuesque et du jamais vu. »

Toutefois, la robe noire se réjouit que la cour leur « est ouvert une porte en renvoyant pour la citation de Mamadou Woury Diallo. » Autrement dit, exulte Me Babou, « au moment où je vous parle, le décret qui a été pris, n’a aucun effet sur cette juridiction. »

Poursuivis pour trafic dans l’affaire de la cargaison de médicaments d’une valeur de 1 milliard 300 millions de FCFA, chargée en Guinée-Bissau et acheminée à Touba, Amadou Woury Diallo et son co-accusé Bara Sylla ont été condamnés, respectivement, à cinq (5) et sept (7) ans de prison, en décembre 2018. En plus de payer chacun une amende de deux-cents (200) millions de F CFA à l’Ordre national des pharmaciens et au Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok