Le sommet européen sur les nominations clés de l’UE suspendu jusqu’à mardi

Le sommet des dirigeants européens, qui se tient actuellement à Bruxelles, sur les nominations aux postes clés de l’UE est suspendu jusqu’à mardi 11h (9h TU), a annoncé lundi le porte-parole du président du Conseil européen, Donald Tusk, sur Twitter.

Aux premières heures de ce lundi, le bruit circulait qu’un accord était en vue. Il va falloir finalement encore attendre. À la mi-journée, c’était toujours l’impasse entre les dirigeants des Vingt-Huit et la réunion a une fois encore été suspendue. Les chefs d’État et de gouvernement ont décidé de se revoir mardi matin, à partir de 11h locales (9h TU).

Et certains étaient même déjà partis à la mi-journée. C’était le cas du Premier ministre luxembourgeois et de son homologue bulgare. Emmanuel Macron est parti lui pour Paris et ne reviendra que demain.

Macron tacle le PPE

Le président français a par ailleurs fustigé les divisions au sein du Parti populaire européen (PPE) et les ambitions personnelles qui ont empêché un accord, à un moment « très proche » d’aboutir. Il a jugé que cet échec, qui entache selon lui la crédibilité des Européens à l’international et aux yeux de leurs concitoyens, montrait la nécessité d’une réforme des règles de fonctionnement de l’Union et rendait « impossible » tout élargissement.

« Nous donnons une image de l’Europe qui n’est pas sérieuse , a déploré le chef de l’Etat.

Les négociateurs ne chôment pourtant pas. Un partie d’entre eux avait commencé à négocier dès le milieu de l’après-midi d’hier, puisqu’il y avait une réunion des conservateurs, s’autorisant une seule petite pause pendant la nuit, entre 4h30 et 7h30 du matin. D’autres avaient même continué les négociations.

En début de matinée, on pensait apercevoir la fumée blanche. Mais finalement le compromis, qui était à nouveau sur la table des négociations, ne plaisait pas à trop de pays puisqu’on reprenait en quelque sorte l’idée qui avait été mise en marge du G20 à Osaka avec Frank Timmermans, le travailliste, à la tête de la Commission européenne. Une idée qui déplaît fortement en Europe centrale et c’est probablement ça qui a fait à nouveau écrouler l’édifice ce matin.

Merkel espère encore le compromis

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré lundi toujours espérer un compromis sur les nominations des postes clés de l’Union européenne. Les discussions sont « compliquées », a-t-elle reconnu, citée par l’AFP, mais elle dit « espérer qu’avec de la bonne volonté, un compromis sera faisable ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.