Le triomphe diplomatique du Président Macky Sall à New-York ( Par Cissé Kane Ndao)

Saluons le succès diplomatique du Président Macky Sall lors de la dernière Assemblée générale de l’ONU à New York.

Oui ! La voix de notre Président aura fortement marqué cette auguste rencontre, tant elle a porté haut le flambeau de l’Afrique, en présentant à la face du monde, un leadership de rupture animé d’une nouvelle vision de notre continent, incarné par une élite ayant une haute idée de sa mission, et consciente du rôle central que l’Afrique devra jouer sur l’échiquier géostratégique, en vertu des nouveaux enjeux déterminants pour son avenir, et celui de ses peuples.

Le Président Macky Sall a parlé de l’Afrique. Mais il en a parlé en des termes neufs. En faisant voir notre continent sous un jour nouveau, avec une toute autre approche qui aura fait tilt dans la conscience des décideurs de notre monde.

Un discours loin des sentiers battus sur une Afrique nouvelle qui n’est plus passive, différente de celle dont les grands de ce monde discutaient habituellement du sort, sous le regard sage et attendrissant de présidents débonnaires attendant que l’on décidât de son sort convenu à l’avance.

En présentant l’Afrique non plus comme un continent en devenir toujours placé jamais gagnant, mais comme un continent conscient de ses potentialités, qui vit au rythme du présent et entend réaliser de manière inclusive son développement en comptant d’abord sur ses propres potentialités, le Président Macky Sall a marqué une rupture qui vient à son heure.

Il était temps en effet qu’un leader africain se rebiffe, avec tact, avec vista, et pose les vrais enjeux de l’heure autour desquels bâtir l’Afrique de maintenant, dans le cadre d’une collaboration gagnant-gagnant avec ses partenaires historiques, et ses nouveaux alliés.

Proclamer sous cet auspice, l’urgence d’une prise en charge vigoureuse de la question de l’Education de la jeunesse africaine, pour la faire sortir de l’exploitation et lui ouvrir les portes d’un avenir radieux à construire sur notre continent, c’est célébrer véritablement le principe fondateur de l’égalité, de la liberté et de la prise de conscience en nos forces propres. C’est proclamer l’essor de l’Afrique en misant sur son premier trésor : sa jeunesse.

L’inscription dans le même ordre d’idées dans l’agenda politique international, d’une rencontre sur le financement de l’Education au Sénégal en 2018, nous place au centre du processus décisionnel sur ces questions stratégiques avec leur soubassement socio-culturel, quand l’on sait que le choc des civilisations place dorénavant la question de l’Education au premier plan, et en filigrane, celle identitaire aussi, qui est au centre des problématiques liées à la paix mondiale.

Saluons par ailleurs la position sans complexes de Paul Kagamé, un autre leader africain d’envergure, profondément attaché à l’autonomie et à l’indépendance des peuples d’Afrique. Un ami du Sénégal parfaitement en phase avec l’engagement du Président Macky Sall, pour l’essor d’une Afrique émancipée, maitresse de son destin.

Une des réussites exceptionnelles du sommet sera d’ailleurs la réconciliation Macron-Kagamé, donc Rwanda-France, dont le maître d’œuvre est le Président Macky Sall ! Un succès d’envergure pour le Sénégal.

La grande cause de l’heure sur laquelle les Présidents africains, surtout ceux dirigeant des pays à majorité musulmane étaient attendus, est le dossier birman, avec le nettoyage ethnique orchestré dans ce pays sur les Royinjah, minorité musulmane persécutée et contrainte à l’exil.

Le Président Macky Sall a su trouver les mots justes pour couvrir de dignité la misère de ces frères musulmans, et alerter les autres nations sur l’urgence d’une réponse appropriée à ce génocide sans nom.

C’est donc dire qu’en sa qualité de chantre du NEPAD et de leader héritier d’une longue tradition de dynamisme diplomatique qui aura toujours placé la voix du Sénégal parmi celles qui comptent dans ce monde, le Président Macky Sall n’a pas raté son rendez-vous en terre d’Amérique.

Et l’Afrique a rayonné par sa voix éclatante de maturité et de courage politiques à l’ONU, dans un contexte où le monde est perclus d’incertitudes marquées par une instabilité lourde de dangers aux conséquences potentiellement funestes.

La diplomatie sénégalaise est entrée dans une nouvelle ère. Et l’Afrique avec. Le Président Macky Sall aura été donc l’un des héros de ce sommet, qui marquera durablement la vie de l’institution onusienne.

commentaires
Loading...