L’économiste Souleymane Astou Diagne : «la centrale à charbon est un cancer pour la population de Bargny»

La centrale à charbon installée dans le département de Rufisque plus précisément à Bargny, reste une des préoccupations majeures des habitants de cette localité. C’est du moins l’avis de l’économiste Souleymane Astou Diagne qui compare cette industrie à un «cancer».

“Je vais dire avec la manière la plus sérieuse possible, et la manière la plus délicate possible que la centrale à charbon qui est en train d’être érigée à Bargny est un cancer pour la population. J’habite à 400 m de la centrale et actuellement nous vivons un traumatisme dont ils disent que ce sont des essaies de lancement (une dizaine de jours de lancements selon un communiqué)” déclare Pr Souleymane Astou.

«Mais, fondamentalement, peste-t-il, cette centrale est un cancer pour les populations du département de Rufisque, de Bargny et même du Sénégal».

A l’en croire, le président de la République, Macky Sall avait pris l’engagement, lors de la Cop 21 devant la communauté internationale, de faire de son mieux de réduire la prolifération des gaz à effet de serre. Et, toutes industries polluantes voulant s’installer au Sénégal devra recevoir les résistances de l’Etat parce que, cela n’entre pas dans la protection de l’environnement.

L’économiste de s’indigner :«on est étonné de voir qu’à Bargny, à l’intérieur même des populations, à l’intérieur des quartiers, on a installé une centrale à charbon qui est à 200 m d’une école ( le code parle de 500 m) ».

«L’Etat devrait faire de sorte de délocaliser cette centrale à charbon. Car, elle ne peut pas cohabiter avec les populations», avance-t-il. Avant d’ajouter que : « il (l’Etat) aurait pu demander au promoteur de cette société de déguerpir mais il ne l’a pas fait».

L’invité de l’émission Objection sur Sud FM dénonce le traumatisme que vivent les populations de Bargny, qui doivent également faire avec la Sococim et tout ce qu’elle dégage de néfaste dans leur environnement. «Aujourd’hui, Bargny vit le traumatisme de la Sococim qui se situe à moins de trois (3) km de la localité et l’ensemble de sa production est respiré par les populations. S’y ajoute la centrale à charbon, vous imaginez ce que cela représente comme danger pour la santé publique de cette population, c’est du jamais vu», conclut le Professeur.

commentaires
Loading...