L’entraineur de foot Mamadou Faye risque 10 ans de prison: «il m’a p3n3tré par … et du liquide blanc est…

Si le juge des flagrants délits de Dakar ne fait pas preuve de clémence à son endroit, l’entraineur de foot Mamadou Faye alias Doutsé restera loin des pelouses durant 10 longues années. C’est en effet la peine requise par le procureur Malick Dia contre lui pour les faits d’actes contre-nature, vi0l sur mineurs de moins de 13 ans, p*dophilie et détournement de mineurs. Pour vi0ler les garçons El Hadji Guèye et Ibrahima Guèye, il les appâtait avec des ballons et des maillots.

Hier, l’affaire d’actes contre-nature qui a été appelée par le juge des flagrants délits de Dakar est très différente par sa spécificité. Cette fois-ci, il s’agit d’un entraîneur de football du nom de Mamadou Faye alias Doutsé, qui a été trainé devant la barre pour acte contre-nature, viol sur mineur de moins de 13 ans, p*dophilie et détournement de mineurs. Les parents qui ont envoyé leurs enfants dans le centre du sieur Faye à Rufisque, plus précisément dans le quartier d’Arafat, n’en revenaient pas. Car, au lieu de transformer leurs progénitures en férus du ballon rond, Mamadou Faye les transformait en gays.

El. Guèye raconte comment il a été vi0lé à 2 reprises par Mamadou Faye

Ce prévenu a eu à avoir des conjonctions s*xuelles avec deux garçons de moins de 13 ans qui ne sont pas dans l’école de foot, El. Guèye dit Pa Ass et son petit-frère I. Guèye, à Rufisque où ils résident tous. Agé de 13 ans, très mince, vêtu d’un Lacoste avec des rayures, la victime El. Guèye est revenue sur le récit des faits à voix basse. «Je l’ai connu à l’école de football où je joue au foot. Il est l’entraineur, mais nous ne sommes pas inscrits là-bas. Il me l’a fait à trois reprises. La première fois, il m’a offert un maillot. Il m’a conduit dans sa chambre où il a enlevé son p@ntalon et le mien en exerçant des att0uchements avant de me p*nétrer. Après avoir fini, il a repris le maillot. La seconde fois, il m’a proposé 100 F. Et la 3eme fois, j’ai fui lorsqu’il m’a appelé. Je ne lui ai pas obéi parce que j’avais des maux de ventre. A chaque fois qu’il finissait de me p*nétrer, il se nettoyait toujours avec un morceau blanc», a relaté El. Guèye.

I. Guèye enfonce le clou : «il m’a p*nétré par l’anµs et du liquide blanc est sorti. A chaque fois qu’il voulait me vi0ler, il m’offrait un ballon. Il a abusé de moi 2 fois»

Son petit-frère I. Guèye d’enfoncer le mis en cause. «J’étais dans l’école de foot où je jouais et il m’a demandé de le suivre chez lui après m’avoir donné un ballon. Une fois dans sa chambre, il a ôté mon pantalon et il s’est dévêtu. Il m’a p*nétré par l’anµs et du liquide blanc est sorti. A chaque fois qu’il voulait me vi0ler, il m’offrait un ballon. Il a abusé de moi 2 fois», a dit le gamin vêtu d’une chemise blanche, qui se tenait à côté de sa mère.
A la police, l’encadreur en foot atteint d’épilepsie, Mamadou Faye, a avoué avoir perpétré les mêmes actes dans le passé, sur un autre enfant du quartier Colobane de Rufisque, avant d’être lynché par les riverains. Aussi, il avait avoué avoir p*nétré El. Guèye, face aux enquêteurs.

Le prévenu Mamadou Faye avoue à la police et nie tout à la barre

Mais à la barre hier, Mamadou Faye, âgé de plus de 50 ans a fait un revirement à 180° en balayant tout d’un revers de main face au juge. «Ce n’est pas avéré. On m’a collé ce motif avant qu’on ne vienne me cueillir chez moi. Ces enfants habitent dans le même quartier que moi. Depuis ma tendre enfance, leur père est mon ami. Je ne peux rien dire sur ce vi0l. De plus je ne peux pas être un homme et en vi0ler un autre. Ils ne sont jamais venus chez moi. Cela fait plus de 27 ans que j’encadre des jeunes et je ne ferai jamais cela», a crié le prévenu.

Le procureur requiert 10 ans ferme

Constitué pour la mère des victimes qui est aussi sa sœur, Me Bousso a demandé de retenir l’inculpé dans les liens de la détention sans réclamer d’intérêts civils. Du même avis, le procureur Malick Dia a soutenu que les autres chefs d’inculpation sont avérés, arguant que la p*nétration s*xuelle est constante. Car, souligne-t-il, le certificat médical établi par l’un des médecins d’Albert Royer a fait état d’un orifice anal et d’un érythème avec une marge anale souillée de selles sans lésions visibles. Par ailleurs, le procureur a demandé la relaxe sur l’autorité qui constituait une circonstance aggravante à l’encontre du prévenu. Car, dit-il, les victimes ne sont pas sous sa tutelle. Aussi, il a requis 10 ans de prison ferme, du fait qu’il est selon lui un habitué des faits.
La défense qui a estimé que les réquisitions du procureur sont sévères, a d’emblée déclaré que cette peine n’est pas appropriée dans ce cas. Du point de vue de l’avocat, la preuve des faits et leur imputabilité ne leur ont pas été rapportées. Ainsi, la robe noire a souhaité la relaxe au bénéfice du doute, ainsi que son confrère Me Khalil Sèye. Il sera fixé sur son sort demain, 19 juillet 2108.

jootay

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.