Les autorités d’Haïti retirent l’agrément d’Oxfam GB après le scandale sexuel

L’ONG Oxfam Grande-Bretagne, filiale d’Oxfam International, n’est plus autorisée à travailler en Haïti : telle a été la décision que le gouvernement haïtien a annoncé mercredi 13 juin. Depuis février, l’organisation était déjà sous le coup d’une suspension provisoire de ses activités dans le pays de la Caraïbe en raison d’un scandale sexuel impliquant plusieurs de ses employés, dont son ancien directeur en Haïti.

Les crimes sexuels commis par des dirigeants d’Oxfam Grande-Bretagne, notamment sur des mineures haïtiennes, remontent à 2010 et 2011, mais ils n’ont été connus qu’en février de cette année, après des révélations de la presse britannique. Le gouvernement haïtien a très peu apprécié le fait de n’avoir jamais été informé par l’ONG alors qu’à l’époque une enquête interne avait établi la véracité de certains abus.

Aussi le retrait de l’agrément a-t-il été annoncé mercredi avec force par le ministre de la Planification Aviol Fleurant. « L’ONG Oxfam Grande-Bretagne est ipso facto déclarée persona non grata, c’est-à-dire n’est plus autorisée à fonctionner sur le territoire national, car cette ONG a violé la législation haïtienne et a porté atteinte grave au principe de l’éminente dignité de la personne humaine. »

Cette suspension d’Oxfam Grande-Bretagne est une nouvelle occasion pour le gouvernement d’affirmer sa volonté de contrôler davantage l’action des ONG dans le pays. Un avant-projet de loi est actuellement en préparation et ce texte offrirait à l’Etat haïtien un encadrement plus sévère des budgets des organisations de coopération.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok