Les clubs français proposent une nouvelle réforme de la Ligue des Champions

La réforme de la Ligue des Champions à partir de 2024 fait beaucoup parler. Les clubs français, contre la réforme d’Andrea Agnelli, veulent proposer une alternative.
À partir de 2024, la Ligue des Champions devrait avoir un nouveau visage. Andrea Agnelli, le président de l’European club association (ECA), souhaiterait une ligue assez fermée regroupant 32 participants. Oui, mais voilà, cela n’est pas du tout du goût de nombreux clubs qui participent à la compétition. Lors de la dernière assemblée générale de l’ECA, à Malte, début juin, les formations européennes s’étaient montrées très strictes au sujet de la réforme voulue par le président de la Juventus.

À la tête de la fronde, les clubs français travaillent actuellement sur une nouvelle proposition concernant cette réforme de la C1. Ainsi, selon les informations de Bild, les Français comptent bien proposer une alternative lors de la prochaine assemblée générale de l’association des clubs. Celle-ci proposerait une compétition avec 36 clubs qui formeraient six groupes de six équipes, au lieu de huit groupes de quatre formations pour les éditions actuelles.

Une ligue semi-fermée
Les deux premiers de chaque groupe et les quatre meilleurs troisièmes seraient qualifiés pour tour suivant, donc pour les huitièmes de finale de la compétition. Cette nouvelle C1 resterait une ligue à moitié fermée puisque les huit quarts de finalistes conserveraient une place pour l’édition suivante au même titre que les demi-finalistes de la Ligue Europa. Dans cette formule, il resterait donc 24 places à distribuer pour l’édition d’après.

L’idée des clubs de Ligue 1 est d’offrir 18 places aux écuries via le championnat en ce qui concerne les nations dont l’indice UEFA est entre 1 et 10. Les six places restantes seraient ensuite offertes aux formations des petits championnats européens à travers une phase de qualification. Reste maintenant à savoir si les écuries hexagonales parviendront à convaincre les autres nations européennes ou si cette nouvelle idée sera tuée dans l’œuf.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok