Ligue 1 : l’Olympique Lyonnais retombe dans ses travers

Après avoir montré son meilleur visage face à Manchester City ou encore l’Olympique de Marseille, l’Olympique Lyonnais est retombé dans ses travers samedi face à Nantes.
Bruno Genesio était en colère. Et il avait des raisons de l’être ! Samedi soir, son Olympique Lyonnais n’a pas pu faire mieux qu’un match nul face à Nantes, pourtant en pleine crise (1-1). Plus que le résultat nul, c’est surtout la prestation livrée par ses hommes qui n’a pas du tout plu à l’entraîneur des Gones. Quelques jours après avoir fait tomber Manchester City ou encore l’Olympique de Marseille avec la manière, les pensionnaires du Groupama Stadium ont livré une prestation très moyenne et décevante face aux Canaris. « Au bout de deux minutes de jeu vous le voyez. Vous avez vu le match comme moi. Vous n’avez qu’à regarder les pertes de balles et regarder ce qu’il se passe quand on perd le ballon. Ce n’est pas la peine de voir 1h30 », a commenté un Genesio agacé après la rencontre.

Des joueurs conscients des problèmes
Ce match nul intervient après une belle série de trois victoires consécutives et surtout avant une rencontre importante en Champions League. Ce qui était déjà le cas il y a quelques semaines avant le déplacement à Manchester City. Lyon n’avait pas pu faire mieux qu’un nul à Caen (2-2). « C’est un peu le même constat qu’avant le match face à Manchester City par exemple. Il y a eu de bonnes choses quand on a eu le ballon et des choses beaucoup moins bonnes, pour ne pas dire plus, lorsqu’on l’a perdu », regrettait Genesio. Samedi soir, il a manqué beaucoup de choses aux Rhodaniens. Du panache dans les duels, des efforts à la perte du ballon, de la rigueur défensive, une attitude conquérante. Souvent en danger à la perte du ballon (18 frappes de Nantes), les Lyonnais n’ont pas été au niveau tant collectivement qu’individuellement. Des éléments comme Memphis, un peu moins bien en ce moment, ou encore Nabil Fekir, qui a manqué un pénalty, ont été un voire même plusieurs crans en-dessous de qu’ils sont capables de faire.

Avec ce résultat nul, Lyon est retombé dans ses travers. Comme l’année dernière, les Gones sont souvent au rendez-vous face aux “gros” mais se font bouger par des équipes considérées comme étant plus faibles sur le papier. Ce qu’a reconnu Rafael en zone mixte. « C’est triste parce qu’on vient de faire trois gros matches. Je ne pense pas qu’on a bien joué aujourd’hui (samedi). C’est dur à expliquer. Je ne pense pas qu’on avait déjà la tête au match de Ligue des Champions (mardi contre le Shakhtar Donetsk). Il faut qu’on fasse les mêmes choses que lorsqu’on joue des gros matches. On connaît nos qualités. Si on joue comme il faut, on doit gagner. Aujourd’hui, on n’a pas fait ça. Je ne pense pas qu’on a fait beaucoup d’appels. C’était un match difficile. On n’a pas fait un bon match c’est tout ». De là à dire que l’OL choisit ses matches ? « Je ne dirais pas qu’on choisit nos matches. C’est dur de dire ça. Mais il faut qu’on change ».

Une attitude suffisante ?
Même constat du côté du jeune Houssem Aouar : « On est déçu de ce que l’on a produit. Certains mauvais côtés ressurgissent et on le paie cash. On ne méritait pas de faire un bon résultat ce soir, malgré notre manque de réussite. On devait ramener les trois points face à une équipe en difficulté mais on n’a pas su le faire ». Pape Cheikh Diop abonde dans son sens. « On est déçu de ce que l’on a fait. On n’a pas assez gardé le ballon quand on avait l’avantage. Derrière, on a beaucoup couru pour aller chercher les trois points. On ne sait pas ce qu’il s’est passé. Le coach nous avait prévenu que ça allait être compliqué face à une équipe qui allait nous causer des problèmes. C’est de notre faute, on n’a pas fait ce à quoi on était préparé. Pour moi, il n’y a pas de fatigue, tout est dans la tête. Maintenant, il faut penser à mardi, à ce match que l’on doit gagner. »

Contrairement à Marseille qui doit progresser face aux gros, l’OL connaît le problème inverse. Un mal qui perdure depuis quelques saisons et que Bruno Genesio tente de corriger. « Ce n’est pas que je leur en veux. Mais je suis très en colère parce que ce sont des choses que l’on rabâche depuis longtemps. On a les mêmes causes et les mêmes conséquences, donc à un moment donné oui je suis énervé ». Mais comment expliquer ce problème récurrent. L’an passé, Bruno Genesio avait parlé de suffisance parfois de la part de ses joueurs. Ce que Rafael a évoqué aussi samedi. « Je ne pense pas qu’il y a trop de confiance. Mais peut-être qu’on a trop de suffisance. Il faut qu’on change. Ça fait trois ans que je suis là et c’est un peu tout le temps comme ça. On joue un match avant la Ligue des Champions et on ne fait pas beaucoup d’appels, tout ce qu’on fait d’habitude. On a une grosse équipe. Mais aujourd’hui on n’a pas bien joué ». Le diagnostic est connu. L’OL doit vite soigner des maux qu’il traîne depuis quelques saisons maintenant.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok