Ligue des Champions : le FC Barcelone prêt à briser la barrière des quarts de finale

Depuis sa victoire lors de la Ligue des Champions 2014-2015, le FC Barcelone a perdu la recette. Éliminé lors des trois dernières éditions au stade des quarts de finale, le club catalan va devoir redoubler de vigilance au moment de recevoir Manchester United. Si sa victoire du match aller à Old Trafford (1-0), lui offre un léger matelas, le club catalan sait bien que rien n’est acquis dans cette compétition.
Considéré comme l’un des favoris de la Ligue des Champions au même titre que Liverpool, Manchester City ou la Juventus, le FC Barcelone peut se targuer d’un parcours sans faute. Premier d’une poule compliquée où figurait aussi l’Internazionale, Tottenham et le PSV Eindhoven, le club blaugrana a écarté l’Olympique Lyonnais lors des huitièmes de finale. Après avoir concédé le match nul lors de l’aller (0-0), l’équipe d’Ernesto Valverde s’est largement imposé au Camp Nou (5-1). Bénéficiant d’un tirage au sort assez clément où il a pu éviter les favoris, le club espagnol s’est retrouvé opposé à Manchester United. Dominateurs à Old Trafford lors du match aller, le club catalan s’est imposé sur la plus petite des marges sur un but contre son camp de Luke Shaw (1-0). Si la demi-finale tend les bras au FC Barcelone, les récents résultats du club à ce stade de la compétition laissent place à la prudence. Lors de la saison 2015-2016, le FC Barcelone se présente comme le favori de la compétition. Tenant du titre et impressionnant depuis le début de l’épreuve, le club catalan retrouvait l’Atlético de Madrid au stade des quarts de finale.

Pouvant compter sur une MSN (Messi-Suarez-Neymar) qui tourne à plein régime, Luis Enrique s’avançait confiant même si les Matelassiers avaient déjà éliminé le Barça à ce stade de la compétition deux ans plus tôt. Le match aller débutait mal pour les pensionnaires du Camp Nou qui se retrouvaient étouffé par la formation de Diego Simeone. Dominateurs malgré une faible possession, les Colchoneros ouvraient le score par Fernando Torres (25e). Coupable de deux fautes évitables dans la foulée, l’attaquant espagnol recevait alors un deuxième carton jaune et laissait ses coéquipiers à 10. En infériorité numérique, l’Atlético de Madrid reculait de plus en plus face au coup de boutoir de leurs adversaires et Luis Suarez inscrivait un doublé en seconde période (63e et 74e). Dans une position idéale au moment d’aborder le match retour, le FC Barcelone n’avait pas retenu la leçon pour autant. Pris par le plan de jeu des Madrilènes, l’équipe de Luis Enrique se faisait surprendre de nouveau. Profitant d’un excellent travail de Saul Niguez, Antoine Griezmann ouvrait le score (36e). Malgré une réaction, la formation catalane enchaînait les séquences de possession stériles et craquait sur un contre initié par Filipe Luis en fin de rencontre. L’arbitre sifflait penalty suite à une faute d’Andrés Iniesta et Antoine Griezmann doublait la mise (88e). Battu 2-0 après sa victoire 2-1 de l’aller, le FC Barcelone déposait les armes.

Surclassé par la Juventus et la « Romatada »
Sortis malgré tout avec les honneurs, les Blaugranas faisaient de nouveau partie des favoris pour le titre l’année suivante. Après une phase de poules relativement maîtrisée où ils finissaient en tête, ils affrontaient le PSG en huitièmes de finale. Balayés d’un revers au match aller (4-0), les Espagnols renversaient totalement la situation au Camp Nou pour atteindre les quarts de finale (6-1). Arrivé à ce stade, le FC Barcelone était opposé à la Juventus. Les mêmes signes avant-coureurs réapparaissaient contre les Bianconeri. Possession stérile, animation stéréotypée dans les derniers mètres et faiblesses défensives. Paulo Dybala et Gonzalo Higuain en ont alors profité pour faire craquer par trois fois Marc-André ter Stegen. Défait 3-0, le FC Barcelone espérait alors une autre remontada au Camp Nou mais la maîtrise et la solidité de la Juventus rendait la mission compliquée. De ce fait, le Barça passait de nouveau à la trappe après un match nul et vierge 0-0. L’an dernier, le scénario se répétait. Impitoyable en phase de poules, le FC Barcelone poussait de nouveau en huitième de finale (1-1/3-0 contre Chelsea) et ralliait les quarts de finale. Face à un adversaire à sa portée, l’AS Roma, l’équipe d’Ernesto Valverde répondait pleinement aux attentes au match aller en s’imposant 4-1. Avec ce large avantage, il était difficile de croire en un retour des Transalpins.

Néanmoins, Edin Dzeko ouvrait rapidement le score et l’espoir était permis (6e). Daniele De Rossi transformait ensuite un penalty (58e) avant que Kostas Manolas reprenne un corner de la tête et fasse chavirer le Stadio Olimpico (82e). Défait 3-0, le FC Barcelone faisait face à sa plus grosse désillusion en Ligue des Champions lors des dix dernières années. Tant d’exemples qui devront servir aux Catalans pour appréhender au mieux le match retour contre les Red Devils (rencontre à suivre à partir de 20h sur notre live commenté). En conférence de presse, le coach des Catalans Ernesto Valverde a expliqué qu’il fallait se servir des défaites du passé : « les expériences sont utiles. Le résultat n’est pas définitif, loin de là. Nous devons faire notre jeu. Nous n’avons pas à spéculer. Bien sûr, nous allons essayer de ne pas encaisser de but, comme eux, mais avec notre style de jeu. Nous ne partirons pas en pensant que nous avons un avantage, c’est absurde. » Proche de briser son plafond de verre, le FC Barcelone ne devra pas se désunir contre Manchester United.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.