L’OL change sa stratégie dans le dossier Nabil Fekir

Annoncé partant depuis l’été dernier, Nabil Fekir n’a toujours pas prolongé avec l’Olympique Lyonnais. Et pour les Gones, rien ne presse.
Ce soir, l’Olympique Lyonnais a envie de créer lui aussi un exploit retentissant dans ces huitièmes de finale de la Ligue des Champions, après l’Ajax Amsterdam, Manchester United et la Juventus. Et pour espérer marquer l’histoire, les Gones compteront sur le retour de leur chef d’orchestre, Nabil Fekir. Suspendu à l’aller, l’international français sera bien présent sur la pelouse blaugrana. Ce soir, le numéro 18 rhodanien aura d’ailleurs une belle carte à jouer.

Outre une performance collective de choix et une qualification historique, Fekir, au vu de sa situation contractuelle, peut envoyer un beau message à ses courtisans. Lié à l’OL jusqu’en 2020, le natif de Lyon n’a toujours pas prolongé, mais sort d’un été 2018 frustrant après un départ raté à Liverpool. S’il éclabousse la rencontre de ce soir de son talent, il pourrait bien faire grimper à nouveau sa cote sur le marché. Évasif lorsqu’il s’agit d’évoquer son avenir, Fekir ne met pas la pression pour autant à l’OL.

L’OL préfère attendre
L’Equipe révèle en effet que les Gones ont changé leur fusil d’épaule concernant la gestion du dossier Fekir. En clair, le club rhodanien ne fera aucun forcing pour décrocher une prolongation longtemps espérée. De plus, les Gones entendent laisser Fekir régler ses différends avec son agent actuel Jean-Pierre Bernès, représentant avec lequel le champion du monde 2018 est lié jusqu’au 30 avril prochain.

Un tempo lent voulu, malgré le risque encouru, notamment en cas de prestation XXL du milieu offensif ce soir au Camp Nou (match commenté en direct sur notre site). Mais assumé par Jean-Michel Aulas. « On a toutefois tout fait pour lui montrer que s’il décidait de rester, il avait ici un statut à part. Il doit régler ses relations contractuelles avec son agent et le club a l’intelligence de s’adapter pour ne pas le mettre en difficulté. Mais le moment venu, si on peut le faire changer d’avis, on en sera ravi et on fera ce qu’il faut », a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien sportif.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok