L’ONU ET L’UNION EUROPÉENNE SONT DÉJÀ AU CAMEROUN, PAUL BIYA DANS LA PANIQUE

Du jamais vu depuis 37 ans! Paul Biya multiplie les tweets et les sorties sur Facebook à l’endroit du peuple camerounais pour construire le pays et barrer la route au Parlement européen et aux États-Unis . Depuis qu’il avait déclaré la guerre contre Boko Haram sur le perron de l’Elysée en 2014, il n’avait jamais adressé un message de condoléances aux familles des milliers de victimes de la secte islamiste . Et subitement, Paul Biya vient d’envoyer un tweet aux paysans d’un village de la région de l’Extrême Nord qui n’ont ni internet, ni tweeter, et manquent d’eau potable au point où quatre enfants viennent d’y trouver la mort dans une fosse en cherchant de l’eau.

Après le Sénat et le Parlement camerounais qui ont rédigé des communiqués durant les jours fériés, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a organisé une conférence de presse à minuit, puis c’est autour du perroquet de la république Issa Tchiroma qui, à l’unisson, appellent tous les citoyens à la défense de la souveraineté nationale comme si le Cameroun était en guerre contre le monde entier.

En moins d’une semaine, Paul Biya a publié pas moins de cinq messages depuis les résolutions du Parlement européen. Le ministre délégué auprès du ministre de la Justice Jean De Dieu Momo , a publié un message le 25 avril 2019 sur sa page, intitulé «Message crypté du Président Paul Biya». Il fait remarquer qu’«En moins d’une semaine, le Président a envoyé plus de cinq messages forts à son peuple. Ce fait inhabituel n’est pas anodin».

«Le Président tire la sonnette d’alarme, car les loups prédateurs sont à la porte de notre pays, prêts à fondre sur notre peuple pour lui voler ses biens, son pétrole notamment, que le Président a protégé pendant 36 ans. Ces criminels qui utilisent une partie ignoble, ignorante, bête et traitresse de nos enfants, veulent profiter de l’âge du Président pour intervenir dans la succession au pouvoir et y placer celui qui va leur brader notre pétrole de Bakassi qu’ils convoitent depuis longtemps», explique-t-il.

Est-ce maintenant que Paul Biya devient le protecteur du pétrole, du gaz, du diamant, de l’or et des matières premières camerounaises alors que c’est lui-même qui les offre à la France et à la Chine? Et qu’est-ce que les Camerounais en ont eu en retour? Pas de route, pas d’hôpitaux, pas d’électricité, pas d’eau, pas d’emploi, etc.

Quand les Camerounais veulent descendre dans les rues pour manifester, Paul Biya envoie ses policiers et son Bataillon d’Intervention Rapide les massacrer. Quand maintenant l’ONU et l’Union Européenne arrivent, Paul Biya demande aux Camerounais de descendre dans la rue pour les combattre. Le BIR , l’armée et la police camerounaises ne servent donc qu’à combattre les civils camerounais ?

Quand Paul Biya signe les APE , prend l’argent auprès des Européens pour financer ses projets, reçoit l’aide militaire des Européens et Américains, achète les armes chez les occidentaux, c’est la coopération. Mais quand les mêmes occidentaux disent à Paul Biya de ne pas tirer sur les manifestants, ça devient l’atteinte à la souveraineté nationale.

Malgré les messages et les petits muscles brandis par Biya et sa clique de ministrons, l’ONU et l’Union européenne sont arrivés au Cameroun avec leurs véhicules de guerre depuis deux jours. Aucun militaire ou ministre n’est sorti pour défendre la souveraineté nationale.

Dans un communiqué dont voici la teneur , le bureau des Nations Unies à Yaoundé, dévoile les articulations du séjour de la délégation conjointe de l’UE et de l’ONU au Cameroun.

« Le Représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel, M. Angel Losada, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohammed Ibn Chambas et le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), M. François Fall, commencent une visite conjointe de trois jours au Cameroun, du 24 au 26 avril 2019.

Losada, Chambas et Fall se rendront dans la partie septentrionale du pays les 24 et 25 avril. Ils y rencontreront les autorités, ainsi que des partenaires des Nations Unies et de l’Union européenne pour un échange de vues sur des sujets d’intérêt commun liés à la sécurité, au développement et à la situation humanitaire dans la région de l’Extrême-Nord.

Après une première journée de rencontres autour de la question sécuritaire avec les acteurs impliqués dans la lutte contre l’extrémisme violent, ils visiteront, le second jour, le camp de réfugiés de Minawao dont la population est évaluée à plus de 57 000 réfugiés et qui continue de recevoir de nouveaux arrivants chaque jour. Ils se rendront également à Zamaï, site de déplacés camerounais, avant de regagner la capitale pour une série d’audiences avec les membres du Gouvernement, le corps diplomatique et des acteurs de la société civile ».

En clair, c’est maintenant l’ONU et l’Union européenne qui prennent en main le problème des réfugiés et de la sécurité sur le territoire camerounais. La prochaine étape sera le problème anglophone. Et comme Paul Biya ne sert plus à rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.