Mamadou Sadio Diallo: « Le Fouta à lui seul, ne peut élire un président… »

La présidentielle terminée, les apéristes ne cachent pas leur joie de voir leur leader briguer un second mandat. Et ils ne ratent pas l’occasion de manifester cette joie à travers la presse. A ce propos, le député Mamadou Sadio Diallo félicite le Président Macky Sall. Dans une note parvenue à senego, il est aussi revenu, pour le regretter, sur ces accusations concernant le « vote ethnique…«

« De retour du Fouta pour les besoins de la campagne présidentielle, j’éprouve le besoin de féliciter le président-candidat, son Excellence le président Macky Sall. Le féliciter pour sa brillante ré-élection pour un deuxième mandat dès le premier tour. Remercier aussi la coalition Bby et les mouvements de soutien. Remercier également les militants et sympathisants de l’Apr« , dit d’emblée le député qui n’a pas manqué de rendre « un vibrant hommage aux membres du comité électoral de Kanel-ville.

« De la même manière, je remercie le plénipotentiaire du département, en la personne du premier questeur à l’Assemblée nationale, M. Daouda Dia, qui m’a fait l’honneur de représenter le candidat Macky Sall à la commission départementale de recensement des votes. Une victoire sans ambages, claire et limpide, pour notre candidat. Une fierté pour la Ville de Kanel qui est championne de son département, avec 94,42%, championne de sa région, pour notre candidat, et celui-ci, champion de cette joute électorale. Chapeau bas, pour ces braves femmes, pour cette jeunesse infatigable et à la masse prépondérante de notre commune« , poursuit-il, considérant que « mission accomplie rime avec promesse tenue« .

Et grâce à cette victoire de leur leader, Macky Sall, Mamadou Sadio Diallo est « en mesure d’attendre le meilleur pour notre département en matière d’infrastructures, d’éducation, de santé, et d’emplois pour notre jeunesse. En somme, de nouvelles perspectives économiques« .

« Nous avons repris la balle au rebond, en donnant au président Macky Sall, 93,7%, soit 3 points de plus que ce qu’il nous réclamait. Cette victoire est une victoire logique d’un bilan élogieux et des perspectives réalistes et réalisables.Ce n’est pas une victoire d’un camp contre un autre, mais une victoire pour tout Sénégalais car, elle est démocratique, populaire et celui qui est élu demeure et reste le président de tous les Sénégalais« , se félicite-t-il de nouveau…

Par la même occasion, il a regretté « ces allégations, ces derniers temps, consistant à ethniciser le vote du Fouta. Ceci est une aberration, une hérésie, une analyse biaisée qui ne repose sur aucun fondement et ne résiste à aucune autre étude sérieuse« .

Non sans préciser que « tout candidat a un fief, et tout politicien a ce que l’on appelle une base affective. Ceci est valable dans toutes les grandes démocraties. Les exemples ne manquent pas dans notre propre pays, durant toute notre histoire politique… Pour revenir sur cette élection, nous avons vu que Idy a eu ses meilleurs scores dans la région de Thiès, sa région natale, quoi de plus normal. Sonko en Casamance, sa région d’origine, il n’y a rien de choquant dans cela« .

« Pour le Président Macky, les gens ont une mémoire courte. A la présidentielle de 2012, c’est dans le Fouta que Macky a eu ses meilleurs résultats, et à cette époque, je n’ai pas le souvenir d’entendre parler d’un vote ethnique ou confessionnel. Le Fouta est une base affective pour le Président Sall. Un Fouta qui, du reste, a toujours voté en majorité pour un président sortant, depuis que le Sénégal existe en tant que pays souverain, même le président Wade avait gagné au premier tour dans certains départements du Fouta, à la présidentielle de 2012. En matière d’élection, le choix de l’électeur est conditionné par trois choses : la confiance, l’espoir, et l’appartenance politique. C’est son bilan qui est considéré« , rappelle-t-il.

Il poursuit : « Je suis outré par ces attaques de mauvaise foi. Le Fouta, à lui seul, ne peut pas élire un président. Ce que le président Macky a obtenu ailleurs, dans le Sénégal est bien supérieur à son score dans le Fouta. Quand un Wolof réalise son meilleur score, chez les Wolof; il n’y a rien à dire. Qu’un Sérère le fasse dans le Sine, cela ne se passe inaperçu. Mais un Pulaar n’a pas ce droit, chez lui. Non! Ça suffit… Arrêtons de nous stigmatiser mutuellement. Dieu a fait que notre pays ne connaisse aucun problème, ni ethnique, ni confessionnel, ni régionaliste. Œuvrons tous pour que ça soit ainsi éternellement. Le Pulaar dit : » ko jam wa-ndi de jamaa juula » En d’autres termes, si l’on s’attache à la prière dans la mosquée, c’est qu’il y a la paix dans la cité« .

Ainsi, pour le Président du comité électoral Bby de Kanel, « le dialogue doit être de mise entre les différentes couches de la population, si nous voulons avancer. Entre Sénégalais, il ne peut y avoir d’ennemis. Nos seuls ennemis communs, ce sont les ennemis du Sénégal. Et fort heureusement, notre pays n’en compte pas beaucoup« .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.