Manifestations, barricades et un mort dans les violences post-électorales au Bénin

Des pneus brûlent alors que les manifestants barricadent les rues de Cadjehoun, fief de l’ancien président du Bénin, Thomas Yayi Boni, le 2 mai 2019 à Cotonou.

Tirs de gaz lacrymogène, jets de pierres dans le quartier de l’ancien président Boni Yayi. Tout est parti d’un appel lancé sur les réseaux sociaux demandant au peuple de barrer la voie aux forces de l’ordre venues procéder à l’arrestation de l’ancien président Boni Yayi. Que s’est-il réellement passé ?

C’est par ce cri hostile au président Patrice Talon que les policiers ont été accueillis dans la rue de l’ancien chef de l’Etat Boni Yayi.

Un habitant, témoin raconte que « un parmi nous est parti voir les policiers et ils ont dit qu’ils ont appris qu’il y avait une marche par rapport aux résultats donnés mardi. Donc ils sont venus pour empêcher le président Boni Yayi de sortir« .

Très rapidement, les voies menant au domicile de Boni Yayi ont été barricadées, la foule rassemblée chassée à coup de gaz lacrymogène. En riposte, les manifestants ont commencé à lancer des pierres.

Des affrontements ont eu lieu à Cotonou, Benin, le 1er mai 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)
Des affrontements ont eu lieu à Cotonou, Benin, le 1er mai 2019. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

Une personne est morte et un autre grièvement blessés depuis le début des violences qui ont éclaté mercredi après-midi après le déploiement des forces de sécurité autour du domicile de l’ancien président Boni Yayi dans la capitale économique.

Une femme a succombé à ses blessures jeudi matin après avoir reçu une balle dans le dos lors des manifestations, selon les informations de VOA Afrique. Selon la famille, un autre manifestant est dans un état critique.

Alain, un jeune étudiant, confie à VOA Afrique avoir été appelé à manifester : « On était à la maison quand les gens nous ont appelés pour nous dire que les policiers sont venus encercler le domicile du président Yayi. Nous avons débarqué. Sur le terrain, on a vu des policiers installés, ils étaient nombreux avec plus de sept véhicules« .

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok