Médina – Nébuleuse autour de 200 millions Fcfa : Démasqué, Bamba Fall envoie des nervis à ses adjoints

Le maire de la Médina a convoqué, ce matin du vendredi 15 mai 2020, le bureau municipal élargi aux présidents de commissions. L’objet de la rencontre est axé sur la situation de la pandémie du Covid-19 et la réélecture des délibérations. Seulement, la réunion s’est terminée en queue de poisson. Bamba Fal, maire de la médina, a placé des nervis devant la porte d’entrée pour empêcher l’accès aux adjoints et aux présidents de commissions. Pire, les hommes de la maire de Médina ont brutalisé ces derniers et violenté une dame qui se trouve actuellement aux services de soins des urgences de l’hôpital Abass Ndao.
Pour avoir une autorisation spéciale de près de 200 millions de nos francs, pour ses « dépenses diverses » dans le fond de force Covid-19, le maire de la Médina est prêt à tout. Après une première tentative de délibération portant « Autorisations Spéciales de Recettes et Dépenses’’ du 08/04/2020 que le sous-préfet a déchiré, Bamba Fall revient à la charge, plus déterminé. Cette fois-ci, suite à l’ordonnance du chef de l’Etat, abrogeant l’article 81 du code des collectivités territoriales, il a convoqué une réunion du bureau municipal élargi aux présidents de commissions.

Comme l’ordonnance du président Macky Sall stipule la substitution des bureaux municipaux des communes par les conseils municipaux, l’adjoint au maire et les présidents de commissions sont venus pour assister à la réunion. Mais, à leur grande surprise, des nervis sur ordre du maire leur ont interdit l’accès. Pire, ils ont été brutalisé. Joint au téléphone par Senenews, l’adjoint au maire de la Médina revient sur les faits.

« Le maire avait convoqué une réunion du bureau municipal élargie aux présidents de commissions. Moi, adjoint au maire, lorsque je suis arrivé au siège de la commune, j’ai trouvé sur place des présidents de commissions devant la porte. Le maire Bamba Fall a mis à l’entrée des nervis qui nous ont interdit l’accès pour assister à la réunion. Ils nous ont brutalisé et jeté dehors. N’eut été l’intervention de la police, le pire allait se produire. Il y a même une dame qui a été violentée. Elle se trouve actuellement aux soins des urgences de l’hôpital Abass Ndao« , nous a confié Abdoulaye Martin Samb qui qualifie le comportement du maire de la Médina d’une violation des règles établies par l’institution.

La réunion du bureau municipal élargie aux présidents de commissions s’est finalement tenue à huis clos. Puisque, affirme l’adjoint au maire, « Bamba Fall a préféré délibéré avec ses partisans qui sont dans le bureau municipal et le conseil municipal. Ce qui constitue encore une fois une violation de l’ordonnance du chef de l’Etat« .

En réalité, la stratégie du maire de la Médina est seulement et uniquement motivé par « une nébuleuse préméditée« .

Selon le collectif de conseillers qui s’est érigé contre Bamba Fall, « ce que fait le maire, c’est nébuleux. Il veut faire passer des délibérations qui ne concernent pas le covid-19. C’est ce que refuse aujourd’hui le conseil municipal. Bamba Fall veut délibérer sur autre chose que le covid-19. Il veut des virements de crédit qui ne concernent pas les rubriques du force Covid-19. Or, l’ordonnance du chef de l’Etat est clair, le bureau municipal ne peut délibérer que sur l’urgence du covid-19″.

Néanmoins, les conseils ne comptent pas rester les bras croisés au moment où Bamba Fall les remplace avec sa majorité « mécanique ». Les conseils comptent déposer une demande d’annulation au niveau du sous-préfet. « Il faut savoir qu’aujourd’hui aucune délibération n’est valable en dehors du cadre légal. Et le cadre légal, c’est le maire et ses adjoints », a précisé M. Samb.

Quant au maire de la Médina Bamba Fall, SeneNews a essayé à plusieurs reprises de le contacter pour sa version, mais en vain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.