Momar Diongue : Idrissa Seck adopte «la stratégie du rapport de force»

Selon le journaliste et analyste politique Momar Diongue, le refus d’Idrissa Seck de répondre au dialogue politique initié par le président nouvellement réélu, Macky Sall, pourrait être une stratégie pour pouvoir tirer profit de ce dialogue.
Interpelle par nos confrères de Sud Fm hier, jeudi 14 mars 2019, à la suite de la sortie du leader de la coalition «Idy 2019», le mercredi 13 mars, Momar Diongue a relevé que quatre raisons peuvent expliquer la sortie de l’ancien Premier ministre.Pour l’analyste politique, l’opposition qui s’est plongée dans un mutisme total depuis la proclamation des résultats par la Commission électorale nationale autonome (Cena) «avait besoin de prendre l’initiative, dans la mesure où il ya 42% de Sénégalais qui n’ont pas voté pour Macky Sall ».Dans la foulée, Momar Diongue a fait remarquer que c’est un pourcentage assez appréciable, pour servir de prétexte à l’opposition qui «ne doit plus se taire. Ils (les leaders de l’opposition-ndlr) peuvent se dire qu’il est temps qu’on réponde à l’appel au dialogue du président Sall qui promet aussi de préciser les contours du dialogue, lors de sa prestation de serment, et de se dire qu’il est aussi temps de créer un rapport de force qui leur permettra, lors du dialogue, de faire prévaloir leur dû». Et c’est là que se trouverait, selon Momar Diongue, la seconde raison qui aurait motivé la sortie d’Idrissa Seck et de sa coalition. Pour lui, «l’opposition essaie, ne serait-ce que par la prise de parole de créer un rapport de force pour aller vers ce dialogue».Pour autant, l’analyste politique estime que cette sortie ne doit pas être assimilée à un «rejet du dialogue».Mieux encore, il est d’avis que cela pourrait être une «stratégie», pour préparer le dialogue, se donner une certaine contenance «en montrant qu’on existe et créer un rapport de force», pouvant permettre à l’opposition de tirer quelque chose de ce dialogue. La troisième raison de cette sortie d’Idrissa Seck est relative, selon Momar Diongue, au cas Khalifa Sall. Et d’expliquer qu’ il est aujourd’hui question pour Idy de monter au créneau et de mobiliser toute l’opposition pour exiger la libération de l’ancien maire de Dakar. Tout comme celle des membres de sa coalition qui ont été arrêtés par le pouvoir de Macky Sall. A noter de même que la question du livre blanc «sur les limites de Macky Sall », n’a pas aussi échappé à la lecture de Momar Diongue qui est d’avis qu’ «il est toujours bon de trouver un marqueur au plan politique à la suite d’échéance comme celle du scrutin de février »,rapporte SudQuotidien.

senegal7

commentaires
Loading...