pub

Monnaie unique en Afrique de l’Ouest (Eco), un projet mal engagé (par Mame Mor Fall)

 Le projet d’une monnaie unique en Afrique remonte depuis 1983 avec le programme de coopération monétaire de l’Afrique initiés par les Etats membres de la CEDEAO.Cette réforme monétaire a été mise à jour en 2003. D’autres réunions se sont succédé avec les Etats membres en 2005, 2009 et 2015 à Abuja au Nigeria. L’objectif était de créer en Afrique  une seconde zone monétaire qui devait regrouper les pays Francophones et Lusophones dont la monnaie serait Eco. Cette nouvelle monnaie va continuer à cohabiter avec le franc cfa et à terme fusionner sur la base de certains critères dont la plus remarquable est la flexibilité de la monnaie.

Au départ, le projet de la monnaie unique mettait en exergue la flexibilité du taux de change qui reposait essentiellement sur un panier de devises (dollar, yen) ou quelconque autres monnaies internationales.

L’annonce de l’Eco le 21 décembre 2019 par le Président en exercice de l’Uemoa Monsieur Alassane ouattara en compagnie du président de la France Monsieur Emmanuel Macron me parait perplexe car il consiste à abandonner un projet déjà conçu par la CEDEAO depuis 1983 au détriment d’une spéculation de la France.

Les Etas Africains ont signé avec la France des conventions de coopérations monétaires le 24 novembre 1972 en Afrique centrale et le 04 décembre 1972 pour l’UEMOA.

Sur le fond, il ya un jeu trouble de la France d’emblée pourquoi les pays de la zone CEMAC ne sont pas concernés  par l’Eco si l’objectif  serait de concevoir en Afrique une monnaie unique? Ensuite sur la forme pourquoi les sept autres pays de la Cedeao n’étaient pas présents lors de la réunion du 21 décembre 2019 ?

En outre les autres pays de la CEDEAO (Nigeria, Ghana) qui ne respectent pas les critères convergences  sont-ils prêts à renoncer leurs monnaies nationales au détriment de l’Eco vu le délai très court (juillet 2020)?

La monnaie repose sur la confiance des utilisateurs, nous pensons pour notre part, si le Nigeria et le Ghana n’adopteraient  pas l’Eco, le projet sera un échec total pour le continent Africain. En effet, la zone CEDEAO comptait  356 millions d’habitants  dont 190 millions au Nigeria soit 50% de la population et 685 milliards de dollar de PIB en 2016 dont 375 milliards de PIB au Nigeria.

De même les disparités économiques sont importantes dans ces Etats Africains. En 2018, le taux d’inflation était de 0.8% dans la zone UEMOA, le Ghana avec un taux d’inflation de 10% et le Nigeria 12% d’où une pression inflationniste très forte dans ces deux pays.

L’Afrique occidentale a sauté des étapes importantes à franchir avant l’entrée en vigueur de l’Eco. Cette nouvelle monnaie est beaucoup plus politique qu’économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.