Ndèye Astou a passé la nuit chez son copain « Man ak Momm Nio fanan » Meuss na Teudd Ak Yennen Goor…

Trainé hier devant le tribunal départemental de Dakar pour détournement de mineure par le père de sa victime, Éric Diaz a totalement nié. Il révèle que la fille et lui sont amants depuis le 5 juin et qu’ils entretiennent souvent des relations intimes. Ce que la fille a confirmé point par point en assumant que c’était des relations consenties. Pire, elle révèle qu’elle a eu des relations sexuelles avec d’autres garçons depuis qu’elle a 13 ans. Son père qui est tombé des nues, s’est désisté de sa plainte et exigé l’arrêt de cette relation. Délibéré le 18 octobre prochain.

ANNONCE

Malgré son innocence, sa timidité et ses bonnes notes à l’école, Ndèye Astou Mb. a son côté sombre. Agée de 16 ans et élève en classe de seconde au collège Saint-Michel de Dakar, cette demoiselle a commencé à entretenir des rapports sexuels à l’âge de 13 ans avec d’autres hommes. Bien avant de connaître son actuel copain Éric Diaz, qui a été trainé hier devant le tribunal départemental de Dakar pour détournement de mineure par le papa de la demoiselle.

Elle prétexte un anniversaire et se rend chez son copain

En effet, des débats d’hier, il résulte qu’à la date du 19 septembre 2017, la fille avait demandé à son père l’autorisation d’aller à l’anniversaire de l’une de ses amis. Son papa accepte tout en lui intimant d’ordre de rentrer à 19 heures au plus tard.
Au lieu de se rendre à l’anniversaire, Ndèye Astou est allée retrouver son copain Eric.
Pire, elle a passé la nuit chez son copain et ils ont entretenu à plusieurs reprises des relations intimes. Pendant qu’elle prenait du bon temps, ses parents dans un désarroi total, étaient à sa recherche.
Ils sont fait le tour des hôpitaux, fait des réquisitions à la Sonatel, en vain.
Finalement, elle n’est rentrée chez lui que le lendemain vers 12 heures.
Dès qu’elle a franchi le pas de la demeure familiale, sa mère lui a demandé de retourner d’où elle venait.
Comme si elle n’attendait que ça, Astou a fait ses affaires et a fugué, allant chez un cousin qui se trouve au camp Dial Diop durant plusieurs jours. Après de vaines recherches, le père a déposé une plainte et les recherches ont été entamées pour la retrouver. Avec la perspicacité des forces de l’ordre, elle a été retrouvée.
Interrogée, elle a avoué à ses parents l’aventure qu’elle a vécue avec Eric. Immédiatement, Éric est cueilli par la police et placé sous mandat de dépôt pour détournement de mineure.

Eric : «C’est ma petite amie. On entretient souvent des rapports sexuels. Elle m’a dit qu’elle avait 19 ans»

Lors de son interrogatoire préliminaire, il a expliqué qu’ils étaient amants depuis le 5 juin dernier et que c’est la fille qui venait chez lui d’habitude.
Devant la barre hier, Éric Diaz, 24 ans et en classe de Terminale L2, a campé sur sa position. «Je conteste le détournement. C’est ma petite amie depuis le 5 juin. Je vais rarement chez elle. Par contre, c’est elle qui vient fréquemment chez moi. Trois semaines après avoir noué notre relation, on a commencé à entretenir des rapports sexuels et parfois, cela se passe chez moi. Chaque fois, on le fait avec son consentement, car elle m’a fait savoir que ce n’était pas sa première fois. Le jour où elle a dormi chez moi, ma tante chez qui j’habite n’était pas là et Astou a insisté pour qu’on couche ensemble. Elle m’a fait savoir qu’elle avait 19 ans quand je lui ai demandé son âge», a déclaré le jeune homme.

Ndèye Astou assume en sanglots : «J’ai commencé à avoir des conjonctions sexuelles avec d’autres garçons depuis que j’ai 13 ans»

Téméraire, Ndèye Astou a confirmé les propos de son son petit ami qu’elle a totalement disculpé. «Nous entretenons une relation amoureuse. Des fois je l’appelle pour l’aviser que je venais lui rendre visite. Une fois là-bas, nous nous asseyons au salon. Ce jour là, Diaz m’a suggéré de rentrer chez moi, mais j’ai refusé. C’était la première fois que je dormais là-bas et on a entretenu des rapports sexuels. J’avoue que depuis 3 ans, j’ai commencé à avoir des conjonctions sexuelles avec d’autres garçons», a-t-elle affirmé en pleurant.

Le père se désiste et demande à Eric de laisser sa fille

Monsieur Mbengue, père de la victime, demande à Eric de laisser sa fille tranquille : «Je ne la gâte pas trop et je ne suis pas sévère à son égard. Je ne demande rien, mais après cette histoire, je voudrais que cette relation s’interrompe. Et qu’Eric laisse ma fille tranquille. Par ailleurs, je me désiste».
Le procureur a requis une application de la loi à l’encontre d’Eric Diaz. Pour sa défense, l’avocat du mis en cause a demandé la relaxe pure et simple, à défaut, la relaxe au bénéfice du doute. De l’avis de la robe noire, l’âge de la fille n’est pas contesté. Mais, en apparence, personne ne peut dire la main sur le Coran qu’elle a 16 ans sans voir son extrait de naissance. Toujours, le conseil a ajouté que l’infraction n’est pas caractérisée, car l’élément intentionnel fait défaut. L’affaire est mise en délibéré pour le 18 octobre 2017

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok