Non-respect du calendrier Républicain : Pouvoir, opposition et société civile, tous dans la nasse

Le non-respect du calendrier républicain et la tenue des élections à date échue n’est guère le fort de Diouf, de Wade, encore moins du président Sall. Ils ont tous pêché à ce niveau pour des raisons éminemment politiques. Aujourd’hui, le régime du président Macky en est arrivé à embrigader l’opposition et la société civile dans cette forme de prévarication électoraliste que les Sénégalais n’apprécient pas du tout à cause de son caractère éthéré et antidémocratique.
Le non-respect du calendrier Républicain et la tenue des élections à date échue en sont devenus un secret de polichinelle pour tous les régimes qui se sont succédé au sénégal. C’est toujours un subterfuge utilisé par nos gouvernants pour chiffonner la Constitution et assouvir à dessein des intérêts politiques stratégiques. Diouf a usé de la décentralisation enclenchée en 1996 par sa politique de régionalisation pour reporter les locales. Wade en a fait de même en prétextant des délégations spéciales suscitées par le rejet de la prolongation du mandat des élus à l’assemblée. Aujourd’hui, c’est au tour du président Sall d’user du même stratagème pour assouvir ses intérêts contingents. Mais le plus cocasse dans cette dernière affaire, c’est que le président Sall a déroulé unilatéralement une politique de rigidité qui consistait à “manœuvrer” en réduisant l’opposition à sa plus petite expression, selon ses propres termes. Ainsi, après avoir obtenu son second ou premier mandat, c’est selon ; il consent baisser la garde et accepter enfin de dialoguer. Il parvient ainsi à attirer dans la nasse, une société civile censée défendre les fondamentaux de la démocratie tout en étant à équidistance par rapport aux différentes chapelles. Il aveugla aussi une opposition naguère vouée aux gémonies et ensemble, tous parlent de consensus sur le report des élections locales. On mesure le temps, on taille les convenances et on se satisfait du futur proche. Et tout ce cirque s’est déroulé au mépris du peuple Sénégalais qui ne sait que subir. Où va le Sénégal.Diantre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.