OL : Jean-Michel Aulas se paie encore le PSG

A deux jours du choc de la 23e journée de Ligue 1 face au Paris Saint-Germain, le président de l’Olympique Lyonnais s’est une nouvelle fois plaint de la super puissance parisienne dans un entretien accordé au Progrès.
Il a beau affirmer n’avoir aucun problème avec Nasser Al-Khelaïfi ou avec Jean-Claude Blanc, dès que Jean-Michel Aulas a l’occasion de mettre une petite tape sur le Paris Saint-Germain, le patron de l’Olympique Lyonnais ne s’en prive pas. Car depuis que le club de la capitale bat pavillon qatari, JMA ne cesse de clamer son mécontentement. Il faut dire que l’arrivée de QSI en 2011 a quelque peu changé ses plans. En termes de développement traditionnel de club, le dirigeant rhodanien avait placé l’OL tout en haut de l’échiquier français du football.

L’OL a construit son propre stade, possède l’un des meilleurs centres de formation du monde ainsi qu’un effectif pro de qualité et ne cède pas très souvent à la folie du marché des entraîneurs. Sur le papier, les Gones avaient donc tout réuni pour asseoir de nouveau leur domination sur le football français. L’irruption de QSI en 2011 a complètement changé la donne et l’hyper puissance financière des Rouge-et-Bleu est depuis devenue un argument récurrent d’Aulas pour se plaindre d’une domination qu’il juge sans partage. Ce qui n’empêche pas pour autant son OL de titiller parfois l’ogre parisien, même si leur dernière confrontation a été un fiasco pour l’OL (défaite 5-0 au Parc). Un revers cuisant que JMA n’a pas oublié.

« On n’est pas à l’abri d’un mouvement type gilets jaunes »
Interrogé par Le Progrès à deux jours du choc face au PSG (match commenté en direct sur notre site), le président des Gones ne s’est donc pas fait prier pour en remettre une petite couche sur Paris. « Économiquement les Parisiens sont « no limit ». Le PSG est dans l’irréel, et nous allons jouer contre un Etat. Au match aller, on a fait illusion. (…) Quand le PSG affronte l’OM, il fait historiquement son derby. Et contre nous, c’est la lutte des classes. » Une dernière phrase qui n’est pas sans rappeler le contexte économique actuel en France et la mobilisation des gilets jaunes. D’ailleurs, JMA n’a pas hésité à faire référence à ce mouvement pour développer sa pensée.

« Le PSG, c’est 700 à 800 millions d’euros de budget. On ne va pas dire que l’on est le pays uniquement des gilets jaunes, mais un peu de décence devrait être ressentie par les instances et les politiques. (…) Chez nous, on cumule le PSG et Monaco, c’est sans fin. Combien de temps le gouvernement va-t-il laisser perdurer ce genre de choses ? Au niveau éthique, on n’est pas à l’abri d’un mouvement type gilets jaunes car le championnat est faussé ». Il va sans dire que les retrouvailles entre Aulas et l’état major parisien s’annoncent encore une fois très fraiches dimanche soir au Groupama Stadium !

commentaires
Loading...