Omar el-Béchir ne sera pas extradé du Soudan, affirme le nouveau pouvoir militaire

Le Conseil militaire de transition, au pouvoir au Soudan depuis la destitution d’Omar el-Béchir, a annoncé vendredi que l’ancien président ne serait pas extradé. Il a promis « un gouvernement civil ».

Le Conseil militaire de transition qui a déposé, le 11 avril, le président Omar el-Béchir a annoncé vendredi 12 avril que le chef d’État déchu serait jugé au Soudan pour les crimes dont il est accusé, et qu’il ne serait pas extradé pour répondre d’accusations de crimes de guerre.

Il a par ailleurs promis qu’il restituerait le pouvoir à un gouvernement civil et que la période de transition pourrait même ne durer qu’un mois.

Dirigé par le ministre de la Défense, Aouad Mohamed Ahmed Ibn Aouf, le Conseil militaire avait indiqué jeudi que cette période transitoire durerait deux ans et que des élections seraient organisées dans la foulée.

« Nous ne sommes pas avides de pouvoir »

Le général Omar Zaïne al Abidine, qui dirige le comité politique du Conseil militaire, a assuré que l’armée n’avait pas l’intention de conserver le pouvoir et que la solution à la crise traversée par le Soudan viendrait des manifestants.

« Nous sommes les protecteurs des revendications du peuple », a-t-il déclaré. « Nous ne sommes pas avides de pouvoir. »

Une mobilisation qui continue

Vendredi, des milliers de civils se sont une nouvelle fois réunis à Khartoum pour exiger la mise en place d’un gouvernement civil en dépit de l’instauration, la veille, d’un couvre-feu.

Les manifestants se sont rassemblés devant le ministère de la Défense, où de grandes tentes ont été dressées pour distribuer de l’eau et de la nourriture aux personnes présentes. »Nos demandes sont claires, justes et légitimes, mais les putschistes (du Conseil militaire) ne sont pas en mesure d’apporter le changement » que demandent les manifestants, a affirmé l’Association des professionnels soudanais dans un communiqué. De son côté, le Conseil militaire a expliqué que les rassemblements pacifiques seraient tolérés mais pas les émeutes ou les tentatives de blocage.

Les manifestations se succèdent au Soudan depuis la hausse du prix du pain, le 19 décembre 2018, alors que le pays traverse une grave crise économique provoquée par des années de sanctions américaines et par la perte d’une bonne partie des revenus pétroliers, depuis la sécession du Soudan du Sud en 2011.

Peu à peu, le mouvement a tourné à la contestation politique et la crise a pris un nouveau tour le week-end dernier, lorsque plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés devant le ministère de la Défense, où Omar el-Béchir a également sa résidence.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok