Omc : Le Sénégal et les pays de l’Uemoa passent leur examen ce 25 octobre

Le Sénégal  et les pays membres de l’Uemoa vont faire l’objet d’une évaluation de leurs politiques commerciales à l’Omc à partir de ce 25 octobre 2017. En effet, dans le passé, les pays membres de l’Union faisaient leur examen de façon séparée. Cette année, ils le feront de façon conjointe. Et c’est le Sénégal qui assure la présidence du Conseil des ministres de l’Uemoa, qui sera leur porte-parole. Il présentera ainsi le rapport des Etats de l’Union, devant l’Omc. “Le Sénégal est prêt pour porter la voix de l’Uemoa. Le Sénégal a une expérience par rapport à cela. C’est  son troisième examen. Aussi, nous avons des experts qui connaissent la matière”, assure la Direction du Commerce extérieur.

“C’est le premier examen conjoint. Avant, on le faisait individuellement, aujourd’hui on va le faire ensemble avec tous les 8 pays membres de l’Uemoa. Ce que ça change, c’est d’abord un peu plus de cohérence dans ce que nous faisons. Les pays membres de l’Uemoa ont une politique commerciale commune et les textes de l’Uemoa considèrent l’Uemoa comme un seul territoire. Donc cet exercice montre la volonté de l’Uemoa d’aller vers la consolidation de son unité en tant que territoire unique. Cela nous offre également plus de crédibilité, plus de poids et plus de facilité”, a indiqué, face à la presse, Mme Aminata Assom Diatta, Directrice du commerce extérieur ce mercredi. Elle renseigne aussi que faire conjointement cet examen, permettrait à l’Uemoa de donner un signal fort, surtout pour attirer les investisseurs qui souhaiteraient venir exploiter le marché de l’Union.

Et parmi les points sur lesquels notre pays pourrait être interpellé, il y a celle qui a trait aux restrictions sur les importations de volaille que le Sénégal avait décidées. Ce qui violait un peu les principes de l’Omc : “La protection du secteur de la volaille avec l’interdiction d’importation de la volaille, c’est une question qui revient toujours depuis que nous avons pris cette mesure. Parce qu’il y a des pays qui sont intéressés par le marché sénégalais et cette mesure ne les arrange pas trop.  Donc peut être que l’une des questions qui pourrait être agitée c’est cette question”, a indiqué Mme Diatta.

commentaires
Loading...