.

.

.

.

.

Ousmane Sonko : « Il n’y a rien de nouveau dans les Montants Avancés Par Bbc »

Le leader du parti Pastef/Les patriotes, Ousmane Sonko, est revenu à la charge pour commenter les révélations faites par la chaine Bbc sur un présumé scandale dans l’octroi du gaz sénégalais à Frank Timis. Le député de l’opposition trouve même «dérisoires» les montants avancés par la chaîne anglaise. «Fondamentalement, il n’y a rien de nouveau», a-t-il d’emblée réagi sur Sud Fm.

«Aujourd’hui, cette affaire va connaitre encore des épilogues. Je trouve que les montants avancées par Bbc sont dérisoires, parce qu’à ce niveau d’enjeu, il faut le prévoir sur des milliards de dollars», a ajouté Ousmane Sonko. Il rappelle avoir «détaillé le mécanisme qui a été utilisé pour spolier le pétrole et le gaz sénégalais, les mettre entre les mains d’un aventurier tel que Frank Timis avec la complicité d’Aliou Sall et avec l’onction du président lui-même qui a signé indument des décrets pour octroyer ces blocs pétroliers, en sachant pertinemment qu’il ne remplissait ni les critères techniques ni les critères financiers, pour se taper des milliards sur le dos du peuple sénégalais».

Mieux, poursuit le candidat malheureux de la dernière Présidentielle, «tout ce qui est en train de se passer avec le simulacre de dialogue, c’est pour effacer des traces par rapport à des délits de ce genre, pour ne pas dire à des crimes financiers». Sonko, qui rappelle également avoir saisi les juridictions américaines et britanniques, est convaincu que, «tôt ou tard, que ce soit dans les juridictions internationales ou nationales, la lumière sera faite et les responsabilités totalement établies et que les gens rendent compte de ce qu’ils ont fait sur les biens appartenant à 14 millions de Sénégalais, mais qui ont servi à enrichir un groupuscule de personnes de manière indue».

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok