« Pour le respect de nos institutions : Cheikh Oumar Hann dégage ! (Par FRAPP*)

Le Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine – Ucad (FRAPP-Ucad) rejette catégoriquement la nomination de M. Cheikh Oumar Hann au poste de ministre de l’enseignement supérieur.

L’ancien directeur du COUD a été épinglé par le rapport d’activité de l’OFNAC de l’exercice 2014/2015. Dans le dit rapport sont mentionnés que :
– 82 millions de FCFA ont été dépensés lors de la cérémonie du 31 Juillet 2015 en l’absence de pièces justificatives et sans l’autorisation du conseil d’administration.
– 35 millions ont été décaissés à titre de subventions sans identification formelle des bénéficiaires et sans l’autorisation du conseil d’administration.
– Le directeur du COUD avait saboté la mission de vérification de l’OFNAC par des intimidations et intoxications.
– M. Cheikh Oumar Hann devrait être relevé de ses fonctions et ne doit plus diriger un organisme public.

Dans le rapport de l’ARMP de 2016, Le directeur du COUD de l’époque avait encore été pris la main dans le sac.

Les étudiants du FRAPP stipulent que l’éducation est un secteur important qui ne doit nullement être guidée par des calculs<< politico-politiciens >> et que l’OFNAC est une structure étatique, qui mérite que l’on prenne en considération ses recommandations.

Ceci étant dit, le FRAPP / UCAD propose que :
– M. Cheikh Oumar Hann soit démis de ses fonctions.
– Suite soit donnée à la saisie de la justice par l’OFNAC pour que l’affaire puisse être tirée au clair.

Le FRAPP/ UCAD exhorte toutes les forces vives du système éducatif à faire de cette affaire un combat de principes pour le devenir de l’enseignement national.

* Front pour une Révolution Anti impérialiste Populaire et Panafricaine ( FRAPP) / UCAD

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok