Pourquoi le patron de la CAF a été convoqué par les enquêteurs français ?

Une enquête menée conjointement par BBC Sport Africa et le magazine norvégien Josimar a permis de révéler certains des éléments qui ont conduit à l’une des plus hautes personnalités du football mondial à être interrogée par les autorités françaises. Il a été auditionné mais pas détenu ni inculpé, à Paris la semaine dernière.

Au cœur de l’affaire se trouve une entreprise peu connue que le président de la Confédération africaine de football (CAF), M. Ahmad, a présentée à son organisation. La société française Tactical Steel est devenue l’un des principaux fournisseurs d’équipement de CAF, notamment pour la Coupe d’Afrique des Nations de ce mois-ci, bien qu’elle ne semble pas proposer d’équipement de football sur son site Web.

Depuis que des documents relatifs à un accord entre la CAF et la société française Tactical Steel ont fuité, le rôle du président de CAF dans ce deal est à l’étude. C’est en 2017, l’année de l’entrée en fonction d’Ahmad que l’accord a été conclu.

L’accord qui date de décembre 2017 a été très suivi puisque la CAF pour le signer a dû annuler une commande de 210.217 euros (248.055 $) avec l’équipementier Puma pour valider une autre commande alternative de 1.015.313 $ avec Tactical Steel. L’opération avec Puma comprenait un rabais de 60 %.

La CAF avait décidé de passer à un fournisseur local, chose qui n’a apparemment pas été possible à temps d’où le choix de Tactical Steel. Ce passage à un nouveau fournisseur assez méconnu a attiré l’attention.
Certains spécialistes qui ont une connaissance de la CAF estiment qu’il est inhabituel pour l’organisme africain de football d’acheter de l’équipement sportif par l’intermédiaire d’une tierce partie.

Elle traite plutôt directement avec les principaux fabricants de sports comme cela s’est produit régulièrement dans le passé.

Selon plusieurs médias, les commandes – pour fournir à la CAF des ballons et des kits pour le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) au Maroc en janvier 2018 – étaient identiques.

Mais BBC Sport Africa et Josimar se sont fait dire que ce n’était pas le cas.
Le président de la CAF nous a dit que l’accord avec Puma portait sur 13.378 articles sans marque et celui de Tactical Steel sur 35.460 articles de marque, mais les documents que nous avons consultés indiquent que la différence entre les commandes était beaucoup moins importante.

L’accord de Puma portait sur un peu plus de 15.000 articles et celui de Tactical Steel sur un peu plus de 22.000.

« Elles font partie d’une vendetta lancée par un ancien employé de la CAF contre la CAF et son président. »

Le porte-parole d’Ahmad a déclaré que c’est l’administration de la CAF, et non Ahmad en tant que président, qui a maintenu et négocié les prix du matériel avec Tactical Steel.

Il a également déclaré que l’accord de Tactical Steel s’étalait sur plusieurs années et « pas seulement pour la CHAN 2018 ».
Un membre du Comité exécutif de la CAF a affirmé que la procédure appropriée n’avait pas été suivie.

« C’est par moi que pour la première fois que les mots Tactical Steel ont été mentionnés au Comité Exécutif de la CAF [en avril 2019], quand j’ai signalé qu’il y avait cette entreprise, à laquelle payé une énorme somme d’argent, et le Comité Exécutif n’en était absolument pas conscient, » a déclaré Musa Bility.

« A part cela, il n’y a rien qui prouve qu’il y a une présentation en termes de recommandation du Comité des finances au Comité exécutif concernant Tactical Steel », a déclaré le Libérien à BBC Sport Africa.

Qui est Tactical Steel ?
Basée à La Seyne-sur-Mer, près de Toulon, dans le sud de la France, Tactical Steel a été enregistrée auprès des autorités françaises en 2016 et est spécialisée dans la fabrication d’équipements de gym.A la question de savoir si le vice-président de la FIFA avait annulé l’accord avec Puma et avait personnellement approuvé celui avec Tactical Steel à la place, le service des relations publiques d’Ahmad a déclaré : « Ces accusations sont totalement fausses, malveillantes et diffamatoires ».
Aucune mention de son partenariat avec la CAF n’est faite sur le site Web de Tactical Steel dont la boutique en ligne ne semble pas proposer de vêtements de sport ou d’équipement de football.

Mais lorsqu’Ahmad a été mandaté pour trouver l’équipement de la CHAN en novembre 2017, sept mois après son entrée en fonction, l’entreprise est devenue un fournisseur clé de la deuxième plus importante confédération de la FIFA.

L’attaché et bras droit d’Ahmad, Loïc Gerand, qui a été élu député au parlement malgache en 2014, est un vieil ami de Romuald Seiller, le Français qui possède Tactical Steel (avec sa femme Sabine).

La BBC et Josimar ont appris que les deux hommes ont servi ensemble pendant cinq ans dans le 21e Régiment d’infanterie de marine de l’armée française.

Malgré les relations de longue date entre Gerand et Seillier, Ahmad a déclaré sans équivoque à la BBC qu’il n’y avait « manifestement aucun conflit d’intérêts » pour son organisation.

Rien n’indique qu’Ahmad ait personnellement profité de l’arrangement, ni Seillier, propriétaire de Tactical Steel, ni l’attaché d’Ahmad Gerand.

Fin mai, la BBC et Josimar ont demandé à Seillier et à Gerand de leur faire part de leurs commentaires, mais ils n’ont pas encore reçu de réponse.

Pourquoi les autorités françaises sont-elles impliquées ?
La BBC et Josimar ont vu des courriels qui semblent indiquer qu’une société affiliée à Tactical Steel, créée en mars 2018, était également impliquée dans l’approvisionnement de la CAF et que certains paiements de la CAF ont été envoyés sur un compte bancaire à Dubaï utilisé par la filiale et remboursés ensuite à sa banque habituelle en France.
Alors qu’Ahmad assistait au congrès de la FIFA la semaine dernière en France, où sont basés Tactical Steel et l’entreprise affiliée, les autorités locales ont agi et ont demandé à interroger le président de la CAF.

Le procureur Xavier Tarabeux, de Marseille, a décrit l’interrogatoire comme faisant « partie d’une enquête pour corruption, abus de confiance et falsification ».

« Le président [Ahmad], interrogé à Paris le 6 juin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a été libéré sans inculpation, a annoncé vendredi M. Tarabeux.

Ahmad serait maintenant de retour à Madasgascar, où l’ancien sénateur et ministre des Pêches dirigeait auparavant la fédération locale.

Quelles sont les questions concernant la participation d’Ahmad ?
En réponse à des questions de la BBC, l’équipe de relations publiques d’Ahmad a écrit que le président, qui avait fait campagne sur un programme de transparence financière, avait introduit Tactical Steel en raison de l’absence apparente d’une alternative.

« Le président de la CAF, qui se trouvait dans une situation très difficile à une semaine du premier grand tournoi depuis sa nomination à la présidence le 16 mars 2017, a décidé de retenir d’urgence les services de Tactical Steel, une société française spécialisée dans la revente d’équipements et matériels sportifs », peut-on lire dans le communiqué du 3 juin.

« Le président de la CAF n’a présenté la société Tactical Steel qu’en raison de l’absence apparente de toute autre alternative », a ajouté le communiqué, citant la proximité de Toulon avec le Maroc « pour assurer un transport rapide… du matériel », « le délai de préavis court » et « les contraintes des vacances de fin d’année ».

Le président de la CAF tient à son CHAN
Un courriel de la CAF vu par la BBC et Josimar indique que Puma avait déjà été considérée comme la seule entreprise d’équipements de sport que la confédération avait contactée et qui pouvait exécuter la commande.

Néanmoins, cet accord a été annulé car la CAF a décidé de faire appel à un autre fournisseur. Les courriels internes de la CAF sont les suivant :

18 décembre 2017 : Secrétaire général adjoint de la CAF au secrétaire général de l’époque, Amr Fahmy : « Je confirme qu’il s’agit de la demande du président d’annuler cet ordre [Puma] et d’examiner une nouvelle proposition ».
19 décembre 2017 : Le directeur financier de la CAF remercie le propriétaire de Tactical Steel, Seillier, pour sa proposition « qui a été approuvée par le président de la CAF ».
20 décembre 2017 : Seillier écrit au courriel personnel d’Ahmad, tout en copiant d’autres employés de la CAF, pour le remercier « pour la confiance que vous nous avez témoignée ».
Ahmad a reproché à l’ancien secrétaire général Fahmy de ne pas avoir arrangé le matériel de la CHAN à temps (bien que l’Égyptien ait pris ses fonctions en novembre 2017) et a rejeté toutes les allégations contre lui comme « fausses ».

Fahmy a refusé de se prononcer quand la BBC l’a approché.

L’équipe de relations publiques d’Ahmad nous a également dit que l’accord signé en 2017 « couvre plusieurs tournois tels que la Coupe d’Afrique des Nations », qui débute le 21 juin en Egypte.

Début 2018, peu après la CHAN, des documents vus par la BBC et Josimar indiquent que la CAF s’est également tourné vers Tactical Steel pour une commande de 60.000 ballons de football cousus main avec les logos de l’organisation, qui seront distribués aux 54 membres de la confédération.

Cette nouvelle entente a coûté environ 1.770.320 $, soit près de 30 $ la balle en moyenne, comme en témoigne une facture datée du 19 avril 2018, dont les modalités ont été acceptées par la CAF peu après.

Les frais d’expédition ont fait grimper le contrat de 738.671 $.

Quelle est la prochaine étape pour Ahmad ?
BBC et Josimar pensent que l’affaire Tactical Steel a été portée à l’attention de la Chambre d’investigation de la Commission d’éthique de la FIFA, qui aurait ouvert une enquête.

« La Fifa demande aux autorités françaises toute information qui pourrait être utile aux enquêtes menées au sein de sa commission d’éthique », a déclaré l’instance dirigeante du football mondiale.

Dans le courant du mois, le Malgache supervisera sa première Coupe des Nations – l’événement phare de la CAF – en tant que président d’une organisation qui fait actuellement l’objet d’un examen minutieux.

Josimar est un magazine de football norvégien indépendant spécialisé dans le journalisme d’investigation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.