Présidentielle 2019 : « 1,5 million de cartes d’électeur distribuées en dehors de la supervision de la Cena »

Au terme de sa tournée de suivi et d’évaluation de la distribution des cartes d’électeur, le Groupe de recherche et d’appui conseil pour la démocratie participative et la bonne gouvernance (Gradec) a publié ses conclusions qui révèlent beaucoup de problèmes. Il a aussi tiré des enseignements que nous vous proposons ci dessous.

« Une analyse des résultats de la distribution des cartes indiqués dans les tableaux élaborés à partir des statistiques reçus au niveau des CEDA des 22 départements visités et les données établies par l’administration électorale nous permet de relever les contradictions incohérences et dysfonctionnements »

« Les résultats de la distribution des cartes publiés par les autorités entre la date du 25 janvier et celle du 01 février 2019 mentionnent que le total des cartes restantes est de 242.902 soi t un pourcentage de 3,76 % alors que les données relevées durant la mission, rien que dans un peu moins de la moitié des circonscriptions électorales soit 22 départements indiquent un nombre bien supérieur de 272.141 cartes restantes. Dans ces départements seuls 45.056 cartes ont été distribuées soit 14,20 % sur un total de 317.197. Ces données ont certainement évolué puisque la distribution se poursuit.

« Près d’un million deux cent mille cartes d’électeurs issues de la refonte ont été distribuées en dehors de toute supervision de la CENA dans la période allant de fin novembre 2017 au 10 janvier 2019 ce qui remet en cause les règles de transparence et le principe de la séparation des pouvoirs dans l’organisation et le fonctionnement du système électoral suite à la modification de l’article L.54 du code électoral.

« La chaîne de production, de mise à disposition et de distribution des cartes continue d’être un important facteur de vulnérabilité du système électoral sénégalais. La qualité ainsi que la fiabilité du travail accompli par les CEDA dans des conditions difficiles de travail caractérisées notamment par un manque de moyens notoire montre une fois encore la nécessité de renforcer l’autonomie financière de la CENA en tant qu’institution permanente de contrôle et de supervision du processus électoral à toutes les étapes.

« L’analyse des dysfonctionnements relevés dans la distribution des cartes fait apparaître l’absence d’un système d’information subséquent fiable et efficace permettant d’informer et d’ éclairer suffisamment les électeurs. l’absence constatée dans la quasi-totalité des commissions de distribution des cartes d’électeurs des partis politiques pose la nécessité de la prise en charge des représentants des partis à l’instar des autres membres des commissions.

« Tirant les leçons de cette situation, nous avons fait des recommandations importantes aux autorités afin de pallier ces insuffisances et manquements. Déjà nous notons pour le saluer que les autorités ont décidé de procéder à la confection de duplicatas aux citoyens figurant sur le fichier électoral et qui n’arrivent pas à localiser leurs cartes d’électeurs ; une large communication devra être faite sur cela et ces opérations devraient continuer jusqu’au 22 février au lieu du 18 comme prévu dans la décision. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.