Profil- Ibrahima Diop, destin tailladé

Son épouse est effondrée, et elle n’en revient toujours pas de ce drame qui a très tôt ce matin toqué à la porte des Diop au quartier Dépôt de Tambacounda. Son «chéri» Ibrahima a perdu la vie et il l’a appris très vite car la maison des Diop jouxte le théâtre des scènes de violences qui ont été notées dans la capitale de l’Est du pays.

Ibrahima Diop, la trentaine, est un tailleur connu dans la ville de Tambacounda.

Il était le  fils de Maréme Tigo Guindo représentante des «Badienou Gokh» du quartier dépôt de la capitale orientale et de Cheikh Issa Diop notable du quartier et ancien agent de la Sodefitex.  Ce militant «convaincu» de «Benno Bokk Yaakar»   était  âgé de 30 ans. Il est marié il y a seulement 05 mois. Ibou Diop comme disent les intimes se plaisait à garnir les rayons armoires des hommes et femmes de Tamba qui aimaient lui donner les habits à coudre. Il est décrit par ses proches comme un jeune homme ambitieux qui aimait soutenir sa mère. «Ils nous l’ont arraché à la fleur de l’âge c’est douloureux», confie Adja Camara, cousine du défunt jointe au téléphone par la rédaction d’igfm.

Selon notre envoyé spécial sur place, tout a commencé quand un garde rapproché de la caravane du PUR  a été surpris  en train de déchirer des affiches de «Benno Bokk Yaakaar».C’est en ce moment que des échanges d’insanités ont commencé entre garde rapprochés du PUR et des militants de « Benno Bokk Yaakar» qui ont finalement conduit à des affrontements  entraînant la mort de ce jeune homme que beaucoup de militants de BBY pleurent à Tamba.  Lui Ibrahima laisse derrière lui une veuve éplorée, qui n’a savouré que durant 5 mois son mariage.

commentaires
Loading...