PROSTITUTION A MBACKE Une maison close démantelée par la police

Mbacké est une ville en plein développement où pullulent des lieux de débauche dans la plus grande clandestinité en plus de la drogue. Cette fois-ci, ce sont des prostituées qui ont été surprises dans une maison close et embarquées. Elles ont été déférées au parquet.
La maison de Nogaye Gaye, située sur la route de Kaél de la commune de Mbacké, allait être transformée en véritable hôtel de passe si la police de Mbacké n’avait pas réagi à tant. Depuis plusieurs mois, elle avait servi comme foyer de logeuse de prostituées qui monnayaient leurs charmes et autres rondeurs. Mais ce mardi, ce réseau de prostituées clandestin a été démantelé par les éléments du commissaire Cissé de la commune de Mbacké. Les chasseurs de chair fraîche de la nuit, qui visitaient le quartier où Nogaye Gaye avait élu domicile, avaient l’habitude de s’y rendre depuis belle lurette sans être démasqués. Mais dans le réseau de ces prostituées, comme il y en a partout, figurait une jeune dame du nom de Khady Diallo, plus jeune, plus belle et plus ravissante que ses autres concurrentes. Ainsi, elle faisait elle-même le choix de ses partenaires. Elle faisait de bonnes affaires au détriment de ses concurrentes prostituées. Ainsi, cette nuit du mardi, sa concurrente Sokhna Gassama, jalouse d’elle, a proféré des menaces à son encontre. Tôt le matin du mercredi, Khady Diallo s’est présentée à la police de Mbacké pour déposer une plainte contre Sokhna Gassama. Sokhna Gassama sera ainsi interpellée puis déférée au parquet de Mbacké pour menaces contre Khady Diallo. Mais les choses allaient prendre une autre tournure. Dans son audition, la dame Sokhna Gassama révèle qu’elle gère une maison close et que chaque prostituée qu’elle abrite lui versait une certaine somme qui varie selon la période de l’année et les événements qui se déroulent dans l’agglomération Mbacké-Touba. Poursuivnat, elle souligne que si c’est un jour ordinaire, chaque prostituée lui verse deux mille cinq cent francs. Lors du Magal de Kazou Rajab cinq mille francs CFA, et si c’est le grand Magal de Touba sept mille cinq cent francs CFA. Fort de ces révélations de taille, le Procureur demande aux limiers de Mbacké d’ouvrir enquête. Les investigations ont permis d’arrêter toutes les personnes impliquées dans ce réseau. Les prostituées ont été interpellées. Elles sont cinq dont la propriétaire de la maison, une certaine Nogaye Gaye, plus les deux dames en conflit déjà arrêtées par la police. Interrogées, elles soutiennent toutes que les allégations de Sokhna Gassama sont fausses. N’empêche, le Procureur, déterminé à faire la lumière sur cette affaire, a placé toutes les sept prostituées en clandestinité sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt et de correction de Diourbel.

commentaires
Loading...