Raid à Tripoli : Des Sénégalais, Guinéens et Gambiens, parmi les victimes (Hsf)

Plus de 100 migrants auraient été tués et de 200 autres blessés lors du Raid aérien de, ce mardi 02 juillet sur un camp de migrants à Tadjourah dans la banlieue Est de Tripoli.

Parmi les victimes, renseigne Horizon sans frontières (Hsf), il y aurait des Sénégalais, Guinéens, Gambiens, des Erythréens etc….

L’organisation internationale de migrants Hsf condamne avec la plus grande fermeté cette barbarie humaine et parle d’une situation d’urgence absolue.

Plus de 600 000 migrants sont pris au piège entre les factions rivales, HSF interpelle l’opinion internationale et appelle au sens de l’honneur, de la responsabilité et de la dignité humaine.

Un raid aérien a visé, mardi, un centre de détention de migrants près de Tripoli, la capitale libyenne. Un premier bilan fait état d’au moins 44 morts et d’une centaine de blessés. Le gouvernement d’union nationale accuse le maréchal Haftar.

Dans un communiqué, note france24.com, le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale, a dénoncé “un crime odieux”, attribuant l’attaque au “criminel de guerre, Khalifa Haftar”, l’homme fort de l’est libyen qui mène une offensive depuis début avril pour s’emparer de la capitale libyenne. Le GNA a accusé les forces pro-Haftar d’avoir mené une attaque “préméditée” et “précise” contre le centre de migrants.

L’Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar a nié avoir touché le centre de détention de migrants lors du raid aérien, affirmant que des milices alliées à Tripoli l’avaient bombardé après une frappe de précision menée par l’ANL contre un camp militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.