Rapport HRW: “Une façon pour Serigne Mbaye Thiam et Cie de justifier l’éducation s3xu3lle à l’école…”, selon Dame Mbodji

Le rapport de Human Rigths Watch continue de soulever des vagues. Et d’aucuns n’y voient qu’une stratégie des Occidentaux pour mettre la pression sur l’Etat du Sénégal afin qu’il introduise l’éducation sexuelle dans nos établissements. Dame Mbodji était ce mardi l’invité de Rfm matin. Le coordonnateur national de la Fédération des enseignants du Sénégal (Feder) n’a pas du tout été tendre avec l’Ong et le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam.

Le Sg du Cusems/Authentique se dit surpris de cette étude de Human Rigths Watch (HRW) qui accuse les enseignants d’abuser, d’exploiter, d’harceler leurs élèves, dans les établissements secondaires.

“Qui voit le rapport, remarquera qu’il n’est pas fiable. Parce qu’ils n’ont mener leurs enquêtes que dans deux (2) ou trois (3) régions du Sénégal pour en prendre un échantillon pas représentatif qui constitue 0,029% de l’effectif des filles ciblées. Et si on fait une étude scientifique, il existe un échantillon plus crédible, si on veut prétendre faire des conclusions sérieuses…“, conseil-t-il à l’Ong, malgré qu’il reconnaisse qu’il existe des brebis galeuses dans la corporation, “comme dans tous les secteurs d’ailleurs…”

“Je n’ose pas dire qu’aucun enseignant n’a jamais eu des relations avec son élève, que ce soit au Sénégal, aux Etats Unis… Mais en faisant une étude, on ne doit pas prendre un cas isolé car, même le français dit : ‘qu’une hirondelle ne fait pas le printemps’. Donc on ne peut prendre quelques cas isolés et en tirer la conclusion que tous les enseignants du Sénégal entretiennent ce genre de rapport avec leurs élèves…

Le rapport diffère de la réalité…“, rappelle-t-il que HRW s’est basé sur un échantillon qui n’est pas fiable… Pour ainsi dire que l’Ong a pris la minorité pour une masse. “Ils n’ont pas dit la vérité aux Sénégalais… Le diagnostic de l’Ong et la solution proposé entrent même en contradiction…“, a remarqué Dame Mbodji.

Il s’explique: “Ils veulent créer la polémique au Sénégal. Une fois leur objectif atteint, ils pourront, facilement faire passer leur projet (Ndlr: qui consiste à introduire l’éducation sexuelle dans les établissement, dans les écoles primaires…) Ils veulent instaurer ce qui existe dans leur pays au Sénégal, ils ne savent pas par quel moyen passer, raison pour laquelle, ils cherchent un prétexte“, indexe-t-il le ministre Serigne Mbaye Thiam, malgré sa déclaration. “ce qu’il dit est différent de ce qu’il fait…”

Pour lui, “Serigne Mbaye Thiam et Cie (Ndlr: Human Rights Watch) sont complices de ce projet. Il est le premier à avoir indexé les enseignants. Et ce que veulent ces Ong, à savoir introduire l’éducation sexuelle dans les établissements, pour permettre à ces élèves de faire l’am…r sans que leurs parents ne sachent…, c’est Serigne Mbaye Thiam qui est à l’origine. Car, le 18 janvier 2013, il y avait une rencontre au Sénégal, où on préconisait d’introduire l’éducation sexuelle dans le curriculum, au Sénégal.

En juin 2015, une autre rencontre s’est tenue avec ‘Santé de la reproduction’ au ministère de l’Education, dirigée par Serigne Mbaye Thiam, pour voir comment enseigner au garçon et à la fille, comment faire l’am…r, dans le programme scolaire. Et dans ce rapport même, Serigne Mbaye Thiam dit que les enseignants font ce qu’on appelle ‘la prédation sexuelle’. Il est le premier à accuser les enseignants, et c’était en 2015. Et cette rencontre qui s’est tenue en 2013 a été financée par l’Unesco, qui les a même encadrés.”

“Pour qui se prend Human Rigths?“, s’interroge Dame Mbodji qui rappelle que le Sénégal est un Etat souverain et qu’ “on ne saurait accepter qu’ils nous imposent ce qu’il font dans leur pays… Est ce qu’on peut se lever et dicter aux Occidentaux la conduite à appliquer faire dans leur pays?“, renchérit-il.

“Koula abal ay beut, fouko nékh ngay khol…“, dénonce-t-il le financement de HRW qui influence les décisions du ministère de l’Education nationale. Pour le Sg du Cusems/Authentique, Elaine Martines, l’auteure de ce rapport, a menacé ouvertement Serigne Mbaye Thiam à travers les journaux. “Elle l’ui a demandé de répéter, à travers une note, qu’il n’est pas d’accord avec l’éducation sexuelle dans les établissent et de l’envoyer. Elle même dit que S Mbaye Thiam n’ose pas le faire (…) Ils veulent pervertir nos enfants…“, peste-t-il.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok