Real Madrid, FC Barcelone : à qui bénéficie le plus le report du Clasico ?

Alors que le premier Clasico de la saison va se disputer le 18 décembre prochain, les deux clubs s’étant mis d’accord sur cette date, on est obligé de se poser la question suivante : qui est le plus grand bénéficiaire de ce report ?
C’est officiel. Le Clasico qui était prévu pour ce samedi 26 octobre va vraisemblablement – sauf si la Liga obtient gain de cause en appel – se disputer le 18 décembre prochain. C’est la date sur laquelle s’étaient mis d’accord les deux géants du football espagnol, et que la Fédération Espagnole de Football a validé via son Comité de Compétition. On rappelle que le report du match avait été décidé suite à la situation tendue en Catalogne qui ne permettait pas aux forces de l’ordre d’assurer une sécurité optimale tout au long de la journée de la rencontre. Du côté des clubs espagnols, notamment ceux qui devaient affronter Barcelonais et Madrilènes dans les prochaines semaines, la décision est plutôt mal passée. « C’est une décision qui touche de façon importante quatre équipes : Leganés, Valladolid, Levante et le Betis, parce que nos rivaux, qui sont déjà très puissants, vont jouer un match de moins sur une semaine de trois matchs. Ça me fait chier », lançait Rubi, le coach du Betis, que le Real Madrid affrontera le samedi 2 novembre.

Et en Espagne, une question se pose : qui s’en sort le mieux avec ce report ? Si on regarde uniquement le calendrier, il est compliqué de départager les deux formations. Cette nouvelle date va par exemple permettre au Real Madrid de mieux se concentrer sur le match face à Galatasaray, décisif pour la qualification en huitièmes de finale de Ligue des Champions, sans avoir à se soucier de ce Clasico quelques jours plus tard. Zinedine Zidane pourra donc sortir l’artillerie lourde sans se soucier d’éventuels problèmes de fatigue ou de pépins physiques en vue de la journée de samedi. Le FC Barcelone a lui un match a priori plus tranquille face au Slavia Prague qui ne l’aurait pas forcément trop exténué en vue du choc de Liga. Mais le match du 18 décembre tombera bien mal pour les Merengues, puisqu’il se jouera en milieu de semaine entre deux matchs a priori compliqués : un déplacement à Valence et un match face à l’Athletic. Les Catalans eux vont tout de même devoir se déplacer sur la pelouse de la Real Sociedad, mais auront un match plus tranquille face à Alavés pour boucler cette année civile 2019.

Zinedine Zidane pourra récupérer des cadres
Si on se penche sur la forme de chacun, là c’est le Real Madrid qui est clairement avantagé. Du côté du FC Barcelone, l’équipe commence enfin à trouver des automatismes, avec une MSG qui sort d’un excellent match contre Eibar. Après un début compliqué, Luis Suarez semble retrouver la forme, Griezmann est de mieux en mieux intégré alors que Lionel Messi retrouve peu à peu son rythme de croisière. Frenkie de Jong prend lui de plus en plus d’ampleur au milieu, accompagné par un Arthur lui aussi étincelant. Tout n’est pas parfait, évidemment, mais les signaux envoyés par l’équipe sont plutôt encourageants. Il est toujours compliqué de désigner un favori dans ce genre de match, mais la dynamique semble donc meilleure que celle du Real Madrid, où les individualités peinent à démarrer, et où l’équipe n’affiche pas forcément de signes de progression au fur et à mesure que les matchs avancent. Le contexte, avec un Zinedine Zidane à nouveau contesté, n’est également pas vraiment idéal pour affronter un match d’une telle importance. D’ici un mois et demi, les choses auront le temps de changer des deux côtés, en bien ou en mal, mais aujourd’hui, le FC Barcelone semblait mieux armé pour affronter ce duel.

Et quant aux joueurs disponibles alors ? On dirait bien que c’est le Real Madrid qui s’en sort le mieux encore une fois. Plusieurs joueurs étaient clairement incertains pour ce match, à l’image de Luka Modric et de Gareth Bale, blessés, et ils devraient donc pouvoir jouer le 18 décembre prochain s’ils ne se reblessent pas d’ici là. Toni Kroos, autre indiscutable du système de Zidane, voyait sa présence incertaine pour ce choc. Du côté du champion d’Espagne en titre, seul Ousmane Dembélé était absent, ce qui n’aurait pas forcément été une grosse perte puisque le Français n’est pas titulaire quand l’équipe est au complet. Tout porte donc à croire que c’est le Real Madrid qui est le mieux loti dans cette histoire. Mais beaucoup de choses peuvent se passer d’ici le 18 décembre. Des blessures, des baisses ou des regains de forme, des spirales infernales et même un nouveau coach sur le banc madrilène, qui sait…

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.