Réforme Constitutionnelle : «Elle ne peut en aucun cas constituer une entrave à la démocratie… » Me Ngom

La réforme constitutionnelle avec en ligne de mire la suppression du poste de 1er ministre, a fait sortir de leur léthargie les opposants au régime apériste. Une bonne chose a plaidé Me Bassirou Ngom du pool des avocats du Président Macky Sall. Il a dégagé en touche les accusations de l’opposition qui donneraient au Président tous les pouvoirs.

Me, le Président Macky Sall s’est engagé dans une réforme constitutionnelle qui consacrera la suppression du poste de 1er ministre. Une bonne chose ?
Je salue naturellement le courage politique du président de la République qui a pris la responsabilité de faire sauter le fusible du Premier ministre qui existait entre lui et le peuple souverain qui l’a élu. Il a compris le message des Sénégalais qui l’ont bien élu à plus de 58% avec un taux de participation très élevé ce qui exprime une satisfaction par rapport à son bilan, mais aussi une confiance quant aux chantiers engagés. Il était donc normal en tant que Président très engagé pour le développement de son pays de trouver la meilleure formule pour aller vite et agir en chef d’équipe. Ce débat agité n’a pas sa raison d’être quand on sait que le Premier ministre n’est pas une institution de la République et sa suppression ne pourra créer aucun blocage quand on sait que c’est le président de la République qui définit la politique de la nation et nomme aux emplois civils et militaires. Disposer de l’administration ne fera que rendre plus efficace son action et hâter le développement économique tel qu’il le souhaite.

Une réforme qui donne plein pouvoir au Président. Est-ce une bonne chose pour notre démocratie ?
Il s’agit d’un faux débat qui est soulevé pour se donner de la matière par une opposition en mal d’arguments. La réforme ne peut en aucun cas constituer une entrave à la démocratie dans la mesure où les deux autres pouvoirs que sont le pouvoir législatif et judiciaire n’ont pas été affaiblis. Il s’agit juste d’une réorganisation du pouvoir exécutif qui n’aura grignoté sur aucun autre pouvoir. Dans une démocratie, on a juste besoin d’un équilibre des trois pouvoirs et en l’espèce ce fait reste intact.

Le PDS et les candidats de l’opposition sont sortis pour dénoncer cette réforme et le manque de dialogue.
Il faut comprendre que nous sortons d’une élection présidentielle à l’issue de laquelle le Président Macky est sorti bénéficiant d’une légitimité incontestable. Le peuple lui a donné carte blanche de continuer sa mission de faire de notre pays une nation émergente. Il s’y ajoute que la constitution lui permet de mener les réformes qu’il juge nécessaire en choisissant la voie qui lui semble être la meilleure précision étant faite que cette réforme ne nécessite pas la voie référendaire. La réforme ne touchant que le mode de fonctionnement de l’administration, je ne vois pas pourquoi on lui donne une telle ampleur.

Votre avis sur la formation du nouveau Gouvernement
La formation du gouvernement relève du pouvoir discrétionnaire du Président de la République qui est le seul à avoir été élu par le peuple. C’est à lui de choisir l’équipe avec laquelle il pense pouvoir mener les missions qui sont les siennes.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok