Refus de payer des dommages et intérêts à son ex-directeur commercial : La Bsic court-elle vers la faillite ?

Condamnée, à la suite d’un procès qui dure depuis 2014, à payer quelques millions de F Cfa à son ancien directeur commercial, relativement à une histoire de licenciement abusif, la Banque sahélo-saharienne pour l’investissement  (Bsic) est-elle dans l’incapacité de débourser le montant requis ?  En effet, ce matin,  lorsque que des huissiers  ont débarqué à son siège sur la Vdn pour saisir des véhicules, meubles et autres ordinateurs trouvés sur place, les dirigeants de la Bsic ont prétexté que ces biens appartiennent à l’antenne burkinabé du groupe (qui les lui aurait prêtés). En clair, la Bsic cherche à se réfugier derrière une opposition  d’assignation en distraction d’objets saisis. Bizarre ! C’est donc dire, malgré les apparences, que cette banque n’est même pas capable de se payer le minimum pour équiper ses locaux. En tout cas, les huissiers, qui font le pied de grue devant le siège de l’établissement financier depuis lundi, promettent de revenir sur les lieux très prochainement. Gageons que cette fois-ci le matériel sera saisi si la banque ne s’exécute pas. Nous y reviendrons avec de plus amples informations…

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...