Rejet des projets de résolution russe et américain à l’ONU sur le Venezuela

Deux projets de résolution sur le Venezuela ont été rejetés jeudi au Conseil de sécurité de l’ONU. Le projet américain a été bloqué par un double véto russo-chinois, tandis que le texte russe était écarté faute de voix suffisantes.

Moscou et Pékin ont opposé leur veto, jeudi 28 février, à un projet de résolution de l’ONU rédigé par les États-Unis appelant à la tenue d’une élection présidentielle
libre au Venezuela.

Le texte, qui réclamait également que l’aide humanitaire puisse être livrée au Venezuela malgré le refus du président Nicolás Maduro, a recueilli les neuf voix nécessaires à son adoption, ce qui a contraint Moscou et Pékin à y opposer leur veto pour le bloquer.

L’ambassadeur russe aux Nations unies, Vassili Nebenzia, a justifié sa décision par sa crainte qu’une telle résolution puisse servir à préparer une « vraie intervention (militaire), pas humanitaire ».

La Russie échoue à faire adopter une résolution

Son homologue français, François Delattre, avait assuré un peu plus tôt que le texte « ne représentait pas une base légale pour un recours à la force, ni un moyen de saper la souveraineté du Venezuela ».

L’Afrique du Sud a aussi voté contre le projet de résolution, tandis que trois pays se sont abstenus.

Un projet de résolution rédigé par la Russie soutenant le gouvernement Maduro et la recherche d’une solution politique au Venezuela a ensuite été rejeté par faute de voix suffisantes.

Le texte russe, qui visait à dénoncer « les menaces de recourir à la force » contre Caracas, agitées régulièrement par les États-Unis, n’a recueilli le soutien que de quatre pays (Russie, Chine, Afrique du Sud, Guinée équatoriale).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.