RESTITUTION DES BIENS CULTURELS AFRICAINS : SAVOY ÉVOQUE SON OPTIMISME

L’historienne d’art française, Bénédicte Savoy, a exprimé dimanche à Dakar son optimiste quant à la portée du débat sur la restitution à l’Afrique de ses objets culturels gardés en occident.

Prononçant la leçon inaugurale d’un colloque international portant sur ‘’le patrimoine matériel, immatériel et altérité’’, l’historienne française a souligné que les tentatives d’étouffement de ce débat ‘’paraissent moins efficaces’’ à la faveur de son appropriation par différents segments, notamment les jeunes.

Savoy a été chargée, avec l’universitaire sénégalais, Felwine Sarr de faire un travail consacré à la problématique de la restitution des biens culturels africains gardés en France. Ils ont, à la suite de ce travail recommandé par le président français, Emmanuel Macron, produit un rapport dénommé Sarr-Savoy.

Dans la foulée de sa publication, beaucoup de pays africains, dont le Sénégal, ont adressé des demandes de restitution de certains de leurs biens culturels gardés dans des musées en France.

‘’On a fait en sorte que le public entende les conclusions. Ce n’est pas quelque chose qui est resté secret dans les tiroirs et dans les archives. Notre travail a été publié et les réseaux sociaux, la jeunesse et les autres canaux de diffusion de l’information vont faire que ce sujet aura une présence démocratique dans l’opinion’’, a assuré Bénédicte Savoy.

Elle a rappelé que le même travail avait été fait il y a 40 ans par l’UNESCO, dirigée à l’épqoue par le Sénégalais, Amadou Moctar Mbow. ‘’ A l’époque, un mouvement de résistance avait été organisé au sein des administrations européennes pour empêcher sa restitution’’, a-t-elle soutenu.

L’universitaire française a, à cet égard, invité les jeunesses d’Europe et de d’Afrique à connaître l’histoire des objets culturels africains qui est à la fois complexe et mal connue.

‘’Les jeunes d’Europe et d’Afrique ont envie de savoir. A Berlin par exemple mes étudiants sentent que quelque chose ne va pas. Ils veulent changer les choses. Si toutes les jeunesses se mettent ensemble pour savoir, la vérité va se savoir. Cela est nécessaire pour que la société ne soit pas malade’’, a analysé Savoy.

Sur la question de la restitution des biens culturels africains, l’historienne de l’art estime que les choses bougent beaucoup dans les pays d’Europe, notamment en Allemagne où des œuvres d’art ont même été remis à la Namibie.

‘’En France cela avance moins vite parce que préoccupée en ce moment par d’autres sujets relatifs au problème des +gilets jaunes+ et à la crise économique’’, a-t-elle souligné, non sans évoquer son espoir de voir les choses évoluer positivement.

commentaires
Loading...