.

.

.

.

.

REVUE DE PRESSE AFRIQUE A la Une: J – 4 pour la présidentielle au Sénégal

« Plus que 96 heures pour convaincre ! », s’exclame Sud quotidien en première page.

« Dernière ligne droite pour le quinté présidentiel, constate le quotidien Enquête. La campagne bat son plein et les concurrents ont pris le pouls du pays. Les électeurs ont jaugé les offres et les forces des prétendants. Une campagne avec ses lumières et ses ombres. Les présidentiables en compétition achèvent des périples mémorables. Ils ont couvert de poussière ces régions délaissées qui ne voient défiler les cortèges de politiciens que le temps d’une campagne. L’opportunité rare d’enregistrer des promesses généreuses, vite oubliées jusqu’à la prochaine échéance. »

Alors un sortant, le président Macky Sall et 4 challengers… Qui va l’emporter ?

Rien n’est joué pour Enquête : « comme au jeu d’échecs, le roi Macky, qui semble hors de portée, est toujours sous la menace d’un coup de génie. En cas d’échec au premier tour, le mat sera inévitable au second tour. L’opposition, pleine d’illusions, se prépare à prendre l’ascenseur qui la mènera au triomphe. Des combats épiques s’annoncent. Des manches à ne pas perdre pour éviter de passer à trépas. »

En tout cas, conclut le quotidien dakarois, « pour une fois dans l’urne, le citoyen armé de sa carte d’électeur reprendra son pouvoir. Hors de vue de ces prestidigitateurs aux pouvoirs occultes, qui l’ont saoulé de belles paroles, il jouira de sa puissance. Le peuple, en embuscade, départagera les belligérants et en toute liberté. »

Coup KO ou second tour ?

Qui va l’emporter ?Jeune Afrique s’interroge : « affaiblie et encore tributaire d’Abdoulaye Wade, qui appelle au boycott d’un scrutin qu’il dit « verrouillé », l’opposition jouera gros dimanche. Parviendra-t-elle à mettre Macky Sall en ballotage ? »

« Macky Sall vers un coup K.O. ? », se demande Le Point Afrique.

« Une victoire à l’issue du premier tour, voilà ce que vise le président sortant à l’élection du 24 février. Et si l’opposition, plutôt clairsemée, lui permettait de gagner ce pari ? »

Le site d’information de Saint-Louis, Ndarinfo, s’interroge également… « A quelle élection s’attendre : maquillage électoral ? Fraudes massives ? Violences post- électorales ? Les mots face aux maux sont nombreux, cependant, faudrait-il prédire une victoire du camp présidentiel qui proclame déjà Macky vainqueur ou espérer un incontournable second tour ? »

Le suspense est donc total… Mais le président sortant semble sûr de lui.

« Macky Sall promet monts et merveilles à la banlieue de Dakar », constate Walf Quotidien. « En 2012 lorsqu’il était dans l’opposition, Macky Sall s’était fixé un objectif de création de 500 mille emplois. Cette fois-ci, il a doublé, hier, la mise à Pikine au stade Alassane Djigo plein à craquer : un million d’emplois durant les cinq années à venir. » Mais aussi, pointe le journal, des routes, des lampadaires, des transports en commun ou encore des logements sociaux…

Les attentes de la Casamance

Le Monde Afrique pour sa part s’intéresse à la Casamance…

« La « paix armée » qui s’est installée sous le mandat de Macky Sall, prévaut pour l’heure dans le conflit entre le Mouvement des forces démocratiques de Casamance et l’armée sénégalaise et a signé le retour des premiers touristes, dans cette région ravagée par la crise indépendantiste depuis 1982. Pourtant, pointe Le Monde Afrique, à la veille de l’élection présidentielle, la Casamance se sent l’éternelle oubliée. Avec son chômage endémique, cette région hier riche n’arrive pas encore à remonter la pente et attend beaucoup du prochain mandat. Les cinq candidats sont venus y tenir meeting et le président sortant, Macky Sall, prétendant à un second mandat, y a là comme ailleurs rappelé son bilan de « bâtisseur ». »

Et en effet, poursuit Le Monde Afrique, « agriculteurs ou professionnels du tourisme ont conscience des efforts accomplis. Ils savent que leur « président bâtisseur » a réussi à désenclaver cette région séparée du reste du Sénégal par la Gambie avec le pont Farafenni inauguré en grande pompe en janvier. Si tout cela semble encore trop peu, conclut le journal, rien n’empêche la Casamance d’espérer le retour d’une économie prospère, celle de la période faste du tout début des années 1980 ! »

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok