.

.

.

.

.

Revue de presse Afrique: A la Une: Martin Fayulu veut faire de la résistance

Martin Fayulu, une fois encore, conteste vivement la victoire proclamée de Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle. « Je ne me laisserai pas voler ma victoire », dit ce matin l’opposant dans les colonnes du journal Le Parisien. Martin Fayulu y dénonce ce qu’il appelle un « hold-up » et même un « putsch électoral », avant de traiter Félix Tshisekedi de « faire-valoir de Kabila » et de demander au « peuple congolais de se réveiller pour engager le combat » ! Selon Martin Fayulu, « pas un pays sérieux ne reconnaîtra M. Tshisekedi comme président du Congo » et prévient que la « colère » du peuple congolais va « exploser », dit-il au Parisien.

Autre incertitude, celle qui plane sur les résultats attendus des législatives et qui pourrait bien tourner le « sacre » de Tshisekedi en une victoire « à demi-teinte », estime Mediacongo. Car le président nouvellement élu « risque d’être contraint de faire avec des lieutenants n’obéissant pas à ses ordres », prévient ce journal congolais. Lequel souligne que « la coalition du duo Félix et Vital n’a pas remporté la majorité de sièges à la députation provinciale ». Dès lors, « à l’allure actuelle, sans reconfiguration des alliances, avec notamment des partis issus de deux coalitions concurrentes [FCC et Lamuka], les gouvernorats et le sénat ne seront pas acquis à la cause de la plateforme dirigeante », relève Mediacongo.

Attrape-nigauds au Congo

En tout cas, la victoire proclamée de Felix Tshisekedi passe parfois mal en Afrique, c’est le moins que l’on puisse dire. Témoin au Burkina Faso. L’« installation » au sommet de l’Etat de Félix Tshisekedi « est une honte pour toute l’Afrique », bûcheronne Wakat Sera, qui évoque un « banditisme d’Etat avéré », car « tout est maintenant clair comme l’eau de roche. Tshisekedi et Kamerhe étaient, depuis longtemps, dans le jeu du pouvoir », c’était « le tandem des traîtres ». Quant à l’ancien président Joseph Kabila, il est « toujours là, sans rien perdre de ses prérogatives. Ce sera lui le véritable chef, du fait que les forces de sécurité, et par conséquent le fonctionnement de toute l’administration, resteront à sa solde. Alors, Tshisekedi, chef de l’Etat d’opérette ? Exactement », lance ce journal ouagalais.

En France, le journal La Croix, en Une, n’écrit guère autre chose, même s’il le fait avec nuance. Evoquant une « alternance en trompe-l’œil » en République démocratique du Congo, étant rappelé que ce résultat est contesté, notamment par l’Eglise. Le quotidien catholique y évoque un « arrangement entre le clan Kabila et le clan Tshisekedi pour écarter Martin Fayulu », étayant cette hypothèse par les « aimables paroles » adressées au président sortant par le vainqueur déclaré. « La RDC risque donc de traverser une période mouvementée de contestation du résultat », prévient La Croix. Lequel quotidien aspire à « tirer au clair le véritable résultat du scrutin » via une « contestation pacifique ».

Tri sélectif français en Afrique

Mais justement, ces réserves françaises, elles aussi, ont parfois du mal à passer en Afrique. Rebondissant sur les réserves émises par le ministre français des Affaires étrangères et de l’Europe, L’Observateur Paalga déplume consciencieusement ce matin « ce coq gaulois qui caquette tant ». Ce journal ouagalais trouve que Jean-Yves Le Drian « n’y est, en effet, pas allé par quatre chemins pour affirmer que les résultats ne sont pas conformes. Mais conformes à quoi ? A ce que prophétisait la Cenco ? Quand bien même ce que prêchaient les évêques serait parole d’évangile, appartient-il pour autant au chef de la diplomatie française de mettre les pieds dans un plat électoral déjà suffisamment problématique », se demande L’Observateur Paalga ?

Lequel journal se déchaîne contre « cette France, pays des droits de l’homme, de la liberté et de la démocratie, qui est si soucieuse de ces valeurs (et qui, selon lui) gagnerait à dispenser ses leçons de bonne gouvernance électorale à son nouvel ami rwandais, Paul Kagame, et à ceux plus anciens comme les Idriss Déby, Paul Biya et Denis Sassou N’Guesso ! Ou même, tant qu’elle y est, à Mohammed Ben Salman ! Au demeurant, c’est ce genre de posture néocoloniale qui contribue à rendre sympathiques certains de nos despotes, juste parce qu’ils savent tenir tête aux OccidentauxDenis Sassou N’Guesso», martèle L’Observateur Paalga.

Bah, soupire Libération ! C’est « le scénario du compromis » qui a prévalu en RDC. Si la victoire de Tshisekedi était confirmée, son accession à la fonction suprême constituerait un « événement sans précédent », souligne ce journal. Et Libé souligne que « dans l’ensemble, le pays n’a pas connu l’éruption de violence généralisé que prédisaient les observateurs les plus pessimistes ».

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok