Revue de presse du mardi 10 octobre 2017

L’éducation occupe une bonne place dans la presse du jour. Pour l’ouverture des classes 2017-2018, WALFQUOTIDIEN parle « d’un coup d’envoi d’une rentrée à problèmes ». Selon le journal, les évènements ont donné raison à ceux qui considèrent que le slogan « Uby Tey Jang Tey » est une chimère à laquelle l’on continue de croire. WALFQUOTIDIEN ajoute que les élèves étaient préoccupés par les formalités d’inscription d’autres par contre ont brillé par leur absence. Pour le Secrétaire général du SAEMS, Saourou Séne dans le même journal « Uby Tey Jang Tey n’est qu’un slogan mobilisateur pour permettre aux parents d’élèves d’amener les enfants à l’école ». A la UNE de l’OBS, on peut lire, « Ouverture des classes 2017 : La rentrée ès colères ». Pour le concept « Uby Tey Jang Tey », le journal soutient qu’il reste un cas d’école après trois ans de mise en œuvre. Le ministre de l’Education Serigne Mbaye Thiam dans le journal explique que « cette année, si on en juge la place du slogan au niveau de la communication des acteurs sociaux, politiques, des collectivités locales, des autorités déconcentrées, des élèves, des familles, on se rend compte que la mayonnaise est en train de prendre ».

Sur le cas de Yavuz Selim, le QUOTIDIEN constate que l’horizon est bouché après l’échec des négociations avec l’Etat qui campe sur l’administration provisoire. Pourtant dans ENQUETE, on informe que le président du tribunal des référés a déclaré l’extinction de l’action publique ainsi que la radiation de la procédure pour la désignation de l’administrateur provisoire de Yavus Selim SA. Le président de l’association des parents d’élèves de l’école, Mamadou Kébé, soutient dans le même journal que « le gouvernement va sacrifier 403 enfants défavorisés ».

LES ECHOS et DAKARTIMES parlent du Port autonome de Dakar. Le premier journal informe que les commerçants et transitaires menacent de bloquer toute activité sur les lieux, si les compagnies de transport maritime mettent en application l’augmentation de leurs tarifs décidée « unilatéralement et injustement ». Pour sa part DAKARTIMES s’intéresse à la gestion de l’ancien directeur général du Port Cheikh Kanté. Le journal parle de délinquance financière avec l’exemple du contrat entre le Port et la société G3S dont Cheikh Kanté est lui-même le vice-président. Selon le journal, la société a collecté près de 19 milliards de FCFA sur la base du montant de 382.641.583 FCFA que la société avait l’obligation de collecter chaque mois dans cadre d’un contrat de mise aux normes des installations portuaires.

Sur le débat soulevé par le Pr Babacar Gueye sur la possibilité du président Sall de briguer un troisième mandat, son collègue Mounirou Sy, dans l’AS, considère que le fait d’ajouter des dispositions transitoires dans la Constitution pour prendre en compte le mandat actuel du chef de l’Etat serait de la redondance car le problème était résolu dans la Constitution de 2008. Seydou Gueye porte-parole de l’Apr soutient dans VOX POPULI que « le débat qu’il pose est sans objet, parce qu’ayant été tranché depuis fort longtemps ». Tout de même, SUDQUOTIDIEN informe que les acteurs politiques (Moussa Sarr de la LD, Zahra Iyane Thiam de l’Apr, El Hadji Issa Sall du Pur) pensent qu’une révision qui rendrait la Constitution plus explicite et plus intelligible ne serait pas de trop.
Pour le dialogue politique auquel convie le chef de l’Etat, le TEMOIN informe après le Pds, c’est au tour de la coalition Mankoo Taxawu Sénégal de rejeter la main tendue du chef de l’Etat en exigeant la libération sans condition de Khalifa Sall, le maire de Dakar.

LIBERATION revient sur les honoraires réclamés par les avocats de l’Etat dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Selon le journal les avocats demandent 2% des montants recouvrés soit 1,2 milliards de FCFA par avocat. Selon le journal ce serait un scandale si l’Etat accède à cette demande relativement au travail effectué par les avocats.

Dans les actualités sportives, l’OBS écrit, « Sadio Mané, un gamin en or ». Le journal explique « nommé parmi les 30 joueurs pour le Ballon d’Or France Football 2017, Sadio Mané (25 ans, 46 sélections, 12 buts en 2017) atteint un niveau jamais égalé depuis le début de sa carrière ». Le journal reprend aussi une interview de Mbaye Niang avec Radio Sénégal International sur le chemin du retour de Praia. Le lion déclare, « les critiques et insultes m’ont fait mal, j’ai répondu sur le terrain ». Pour la qualification au Mondial 2018, le président de la Fédération de football, Me Augustin Senghor prône dans le SOLEIL la sérénité et insiste surtout sur une grande concentration pour la suite.

commentaires
Loading...