Ridicule ! Le patron des mini-bus Tata demande aux usagers de refuser la surcharge

Effet anniversaire du naufrage du Joola oblige. Chacun se prête à la circonstance et pose une pierre dans l’espoir de berner la conscience collective. Le patron de la société Aftu, en charge de la gestion des minibus Tata a poussé le ridicule un peu trop loin sur les ondes de la Rfm. Selon Djiby Ndiaye, les usagers doivent refuser de se faire surcharger dans les minibus Tata, pour éviter les drames que cela pourrait occasionner.
Ce qui revient à dire que les autorités qui ont en charge la gestion de ces véhicules de transport urbain ne prévoient rien, mais alors rien pour empêcher leurs employés (chauffeurs et receveurs) de faire des surcharge.
Et comme pour trouver une excuse à ce fléau, il avance l’argument du gap du parc automobile. Selon lui, l’Aftu a mis sur le marché 1600 minibus Tata. Un nombre qui est largement inférieur au parc urbain de Dakar qui s’élevait à 4000 véhicules. Une situation qui expliquerait le manque de bus sur le réseau qui entraîne des surcharges.
Djiby Ndiaye d’annoncer que la société qu’il dirige est à la recherche de financements pour combler le gap du parc automobile et éradiquer, d’ici 2020, tous les « car rapide » et « Ndiaga Ndiaye » du réseau du transport urbain.

commentaires
Loading...